/news/coronavirus

Toujours pas de nouvelles restrictions aux voyageurs

Le premier ministre Justin Trudeau n’a toujours pas annoncé, mardi, de mesures additionnelles pour dissuader les Canadiens de faire des voyages d’agrément à l’étranger en dépit de la COVID-19.

• À lire aussi: Des assouplissements des mesures sanitaires dans certaines régions

«Toutes les options sont sur la table et on va annoncer de nouvelles mesures très bientôt», a-t-il réitéré en point de presse devant sa résidence de Rideau Cottage.

Le temps mis par M. Trudeau pour dévoiler de nouvelles restrictions a aussitôt attiré des critiques de son vis-à-vis québécois, François Legault, qui l’a sommé d’agir.

Or, M. Trudeau a fait valoir que son gouvernement veut s’assurer de bien faire les choses. Il soutenu que des interdictions de vols internationaux pourraient avoir un impact sur les livraisons de nourriture, et de médicaments essentiels envoyés par avion au Canada.

«On sait très bien que dans beaucoup d’avions qui sont des vols commerciaux avec des passagers, il y a des biens qui sont transportés aussi. Nous allons regarder les impacts possibles sur nos chaînes d’approvisionnement », a-t-il dit.

Il a rappelé que la quarantaine pour tout Canadien revenant au pays est obligatoire depuis mars dernier et que les voyageurs doivent, depuis le 7 janvier, avoir en main un résultat négatif de COVID-19 avant de prendre leur vol de retour.

Le premier ministre du Québec, François Legault, voudrait qu’Ottawa interdise les vols internationaux non essentiels ou, en guise de compromis, qu’il impose la quarantaine surveillée à l’hôtel aux vacanciers qui rentrent au pays.

Le gouvernement fédéral a signalé qu’il étudiait ces options – parmi d’autres – depuis plusieurs jours, mais n’a pas encore annoncé ce qu'il comptait faire.

Mardi, M. Trudeau a souligné que les retours de Canadiens de l’étranger contribuent dans une très faible proportion à la propagation du virus, comparativement à la transmission communautaire.

«Mais effectivement, même avec un très bas niveau d’importation de cas, un cas, c’est un cas de trop», a-t-il dit en mentionnant les préoccupations concernant les nouveaux variants de la COVID-19.

Dans la même catégorie