/news/coronavirus

Voyages: la tension monte entre Québec et Ottawa

François Legault, exaspéré, ne peut s’expliquer la lenteur de Justin Trudeau à contrôler davantage l’arrivée au pays des voyageurs pour limiter la propagation des variants du coronavirus. Il s’inquiète aussi l’accès aux doses de vaccin avec la montée du protectionnisme en Europe.

«Chaque jour qui passe, il y a un risque qui s’ajoute. Il y a urgence d’agir», a affirmé le premier ministre mardi en point de presse. 

«C’est catastrophique, quand ce variant arrive avec des voyageurs de l’étranger. C’est une propagation exponentielle», a-t-il lancé. Plusieurs variants sont apparus dans d’autres pays : la Grande-Bretagne, l’Afrique du Sud et du Brésil. Ils sont soit plus contagieux, ou plus mortels. 

M. Legault, qui a affirmé à plusieurs reprises «ne pas comprendre» l’ambivalence de Justin Trudeau, lui «re-re-demande» d’interdire les voyages non essentiels, ou, faute de mieux, forcer les voyageurs qui arrivent au pays à faire une quarantaine obligatoire dans un hôtel supervisé, à leurs frais. M. Trudeau «a tous les pouvoirs» pour le faire, a-t-il dit. 

De nouvelles mesures «bientôt» dit Trudeau  

De son côté, le premier ministre Justin Trudeau a affirmé plus tôt en journée que de nouvelles mesures de contrôle des voyageurs seraient bientôt annoncées. Mais il a soutenu du même souffle que les interdictions de vols internationaux pourraient avoir un impact sur les livraisons de nourriture et de médicaments envoyés par avion au Canada. En plus des passagers, beaucoup d’avions commerciaux transportent des marchandises dans leurs soutes. 

Il a rappelé que la quarantaine pour tout Canadien revenant au pays est obligatoire depuis mars dernier, et que les voyageurs doivent depuis le début du mois de janvier avoir un résultat négatif de covid-19 avant de prendre leur vol de retour. Mais ce n’est pas assez pour Québec. 

La semaine dernière, M. Legault affirmait que si Ottawa ne bougeait pas, Québec le ferait. Cette menace a-t-elle été exécutée ? 

François Legault rétorque que la Sureté du Québec fait appliquer la quarantaine fédérale depuis vendredi dernier, sans toutefois pourvoir donner d’amende, ce qu’il déplore. 

Le Dr Horacio Arruda a affirmé de son côté qu’il lui faudrait «consulter ses avocats» pour voir si la loi sur la santé publique du Québec lui permettrait de forcer une quarantaine dans des chambres d’hôtel. «La loi [fédéral] de la quarantaine permet de le faire, donc ça devrait être celle qui est en primauté», a-t-il ajouté. 

Vaccination  

Autre problème sur le radar : l’accès aux doses de vaccin qui se fait de plus en plus difficile. En journée, l’Union européenne a indiqué qu’elle mettra en place cette semaine un mécanisme qui exigera que les pharmaceutiques l’informent de toutes leurs exportations à l’étranger. Ceci concerne Moderna qui a notamment des installations en Espagne, mais aussi Pfizer qui produit son vaccin en Belgique, et Astrazeneca dont le vaccin est sur le point d’être autorisé en Europe et en cours d’examen au Canada. 

M. Trudeau a parlé avec les pharmaceutiques et a voulu se faire rassurant, mais François Legault est sur ses gardes. «M. Trudeau nous dit qu’il veut encore des normes dans les CHSLD [...] il serait mieux de s’occuper des voyageurs étrangers et des doses pour les vaccins», a lancé M. Legaut. 

Malgré ces nouvelles inquiétantes, le premier ministre s’est toutefois réjouis de la diminution des nouveaux cas, avec une moyenne journalière d’environ 1500 nouvelles infections détectées. Il a toutefois ajouté que la situation reste difficile dans le grand Montréal et dans les hôpitaux. 

Mais il a fait miroiter une lueur d’espoir, surtout en région : la semaine prochaine, il pourrait annoncer «un certain relâchement, de certaines consignes ans certaines régions du Québec», la ou la Covid-19 est moins présente. 

Dans la même catégorie