/finance/homepage

PCU: des centaines de Québécois confrontés à une situation de fraude

Avec la période des impôts qui approche, des centaines de Québécois se retrouvent avec une mauvaise surprise dans leur boite aux lettres, alors qu’on leur demande de payer de l’impôt pour la PCU sans l’avoir touché ni demandé.

• À lire aussi: Impôts sur la PCU: combien devrez-vous payer?

• À lire aussi: Les réponses à vos préoccupations financières

Mélissa Fillion n’en revient pas que l’identité de son fils de 15 ans ait pu servir à un fraudeur, qui a encaissé 6 000 $ en prestation canadienne d’urgence.

«Mon fils n’a jamais travaillé de sa vie, il n’est pas admissible à la PCU. Je ne comprends pas qu’il n’y ait pas eu un minimum de vérifications avant que l’argent soit versé», a questionné la femme de Stornoway, en Estrie.

Elle a ainsi porté plainte à la police et tente depuis plusieurs jours de joindre l’Agence du revenu du Canada, sans succès.

À Westbury, Vanessa Brodeur est restée stupéfaite en consultant son dossier sur le site de l’Agence du revenu du Canada.

«C’était indiqué que je pouvais débuter le remboursement d’impôts sur les 4 000 $ de PCU que j’avais prétendument reçus. Mais je n’ai jamais reçu ni même demandé cet argent-là. On m’a confirmé que l’argent avait été déposé dans un compte chez une institution financière avec laquelle je n’ai jamais fait affaire, donc c’est clair que j’ai été victime de fraude.»

Comble de malheur, le Centre antifraude du Canada éprouve actuellement des problèmes techniques.

«Veuillez noter qu’en raison de problèmes techniques, vous pourriez avoir de la difficulté à faire un signalement en ligne ou à joindre le CAFC par téléphone. Nous travaillons à régler ces problèmes et nous nous excusons pour cet inconvénient», peut-on lire sur le site web de l’organisme.

La Sûreté du Québec et les différents corps de police municipale confirment avoir enregistré des signalements.

Le député fédéral de Mégantic-L’Érable, Luc Berthold, reçoit également énormément de victimes inquiètes.

«L’Agence du revenu est débordée d’appels, c’est presque impossible d’avoir la ligne. C’est un cauchemar pour ces gens-là. Il faut que le gouvernement rassure les victimes en leur disant qu’ils n’auront pas à payer les montants qui leur sont injustement réclamés.»

Au cabinet de la ministre du Revenu, Diane Lebouthiller, on rappelle que l’Agence du revenu du Canada a toujours insisté sur le fait que les Canadiens victimes de fraude n’auront pas à faire les remboursements demandés.

QUOI FAIRE EN CAS DE FRAUDE  

• Dénoncer la fraude à la police

• Communiquer avec l’Agence du revenu du Canada

• Communiquer avec le Centre antifraude du Canada