/news/politics

Données satellitaires: Ottawa veut protéger les baleines noires

Ottawa a annoncé mardi un investissement de 5,3 millions $ visant à protéger les baleines noires de l’Atlantique Nord, une espèce en voie de disparition.

Le gouvernement fédéral mise sur le secteur spatial et sa constellation satellitaire pour détecter la présence de baleines noires et prévoir leurs déplacements afin d'éviter qu'elles ne s'empêtrent dans les engins de pêche ou entrent en collision avec des navires.

Plus précisément, des montants ont été octroyés à cinq entreprises canadiennes pour financer autant de projets à réaliser d’ici les trois prochaines années. Ces projets visent à développer un système de détection et de surveillance des baleines noires, notamment dans le golfe du Saint-Laurent et dans le golfe du Maine.

Les entreprises retenues devront collaborer avec le milieu universitaire et des organisations non gouvernementales (ONG).

Le projet «baleinIdées» est géré par l’Agence spatiale canadienne, en collaboration avec Pêches et Océans Canada et Transports Canada.

«Les investissements dans des entreprises et des projets innovants au titre de l'initiative baleinIdées aideront à détecter et surveiller ces baleines pour leur éviter d'entrer en collision avec des navires ou d'être piégées dans des engins de pêche dans nos eaux», a indiqué dans un communiqué Bernadette Jordan, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne.

Les baleines noires sont une espèce en voie de disparition puisqu’il n'en resterait qu'environ 400 dans le monde, selon les données de l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA).

En 2017, une hécatombe de baleines noires s'était produite alors que 12 de ces mammifères avaient été tués, majoritairement lors de collision avec des navires dans les eaux canadiennes. Dans la foulée, le gouvernement fédéral a imposé des limites de vitesse et ordonné la fermeture de zones de pêche lorsque des baleines étaient aperçues.

Malgré ces mesures, 10 baleines ont aussi été tuées en 2019 dans les eaux canadiennes et américaines, aggravant encore davantage le statut de cette espèce qui compte moins d'une centaine de femelles en âge de se reproduire.

L'espèce amène toutefois un vent d'espoir aux scientifiques. Depuis le début de la saison de mise à bas le long des côtes américaines, 14 baleineaux ont pu être observés selon les données de la NOAA, un nombre encourageant considérant que très peu de naissances avaient été répertoriées lors des dernières saisons.