/news/politics

Geneviève Guilbault se défend d’être à l’origine du blocage du tramway de Québec

Photo d'archives, Stevens Leblanc

La ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, se défend d’être à l’origine du blocage qui empêche la Ville de Québec d’aller de l’avant avec son projet de tramway. 

• À lire aussi: Tramway de Québec: Régis Labeaume revient à la charge

• À lire aussi: Tramway de Québec: «Il n’y en a que pour Montréal actuellement»

• À lire aussi: Pourquoi le tramway de Québec n'a toujours pas le feu vert?

«Le projet du maire Labeaume a changé depuis sa présentation initiale. [...] Affirmer que la ministre Guilbault bloque le projet est donc complètement faux», a affirmé le cabinet de la vice-première ministre dans une déclaration écrite. 

Questionné mardi sur la cause du surplace observé dans le dossier du tramway, le maire de Québec a pourtant laissé les soupçons des journalistes pointer en direction de la ministre responsable de la Capitale-Nationale. 

Des sources proches du dossier répètent depuis un moment qu’au sein de la députation caquiste de Québec, chacun «tire la couverte de son bord», pour reprendre l’expression, par rapport au tracé à privilégier. 

«Il y a quelque chose qui se passe dans le caucus de Québec et la personne qui en est responsable, c’est Mme Guilbault», a indiqué en entrevue la nouvelle porte-parole libérale pour la Capitale-Nationale, Marwah Rizqy. 

La députée de Saint-Laurent en a d’ailleurs discuté avec le maire Labeaume, cette semaine, afin de se familiariser avec le dossier. 

Mme Rizqy s’explique mal pourquoi les députés de Québec ne se font pas entendre davantage. Elle presse la ministre Guilbault d’arrêter de tergiverser. «C'est même rendu que Sam Hamad veut devenir un agent facilitateur», s’est amusée à dire Mme Rizqy. 

Bonnardel refuse de commenter

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a refusé de commenter les propos du maire. 

«En ce qui concerne le projet de tramway, les discussions se poursuivent. Nous avons été clairs, nous voulons que la Capitale-Nationale soit dotée d’un réseau structurant de transport en commun qui dessert bien les banlieues et nous y travaillons», a indiqué dans un courriel l’attachée de presse du ministre Bonnardel Florence Plourde. 

Le gouvernement Legault, qui a renvoyé la Ville de Québec à sa table à dessin à la suite du dépôt d’un rapport dévastateur du BAPE, en novembre dernier, ne s’est pas donné d’échéancier quant à une annonce éventuelle dans ce dossier. 

«Nous rendrons une décision en temps et lieu», s’est-on limité à dire. 

Rousseau blâme le maire

À l’hôtel de ville de Québec, le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau, a fait porter l’essentiel du blâme sur les épaules du maire Labeaume. «Le paradoxe est que les gens se braquent actuellement contre le projet du maire et non pas contre le projet de tramway», a-t-il assuré.   

Selon lui, «le maire a fait perdre beaucoup d’appuis au projet. Il n’est pas capable de créer un sentiment d’appropriation parce qu’il n’écoute pas et qu’il n’est pas capable d’apporter des réponses ou des modifications à des éléments de tracé ou à des éléments liés à la préservation des arbres.»  

– avec la collaboration de Taïeb Moalla