/news/politics

Les élus fédéraux réclament la citoyenneté pour Raif Badawi

Les élus fédéraux ont adopté à l’unanimité, mercredi, une motion réclamant que le ministre de l'Immigration, Marco Mendicino, octroie la citoyenneté canadienne au blogueur saoudien Raif Badawi.

• À lire aussi: Arabie saoudite: tentative d’assassinat contre Raif Badawi

• À lire aussi: Raïf Badawi entame une nouvelle grève de la faim

Le texte, présenté par le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, demande à M. Mendicino d’exercer, à cet effet, un pouvoir discrétionnaire prévu à la Loi sur la citoyenneté.

«Tous les partis ont enfin reconnu que le gouvernement canadien doit offrir la citoyenneté à Raif Badawi pour faciliter sa libération après bientôt neuf ans d’emprisonnement sans motif en Arabie saoudite, a déclaré M. Blanchet. Maintenant qu’il s’agit d’une demande formelle de la Chambre, Justin Trudeau et le ministre Marco Mendocino doivent agir.»

La conjointe de M. Badawi, Ensaf Haidar, s'est réjouie de l'adoption de cette motion. «Quelle nouvelle extraordinaire! Raif sera tellement content! Ça lui donne l'espoir. Maintenant toute la famille aura la citoyenneté», a-t-elle exprimé sur son compte Twitter en remerciant les députés des Communes, et tout particulièrement le Bloc et son chef.

Le bureau du ministre n’a toutefois pas confirmé, dans une déclaration écrite, que celui-ci avait bel et bien l'intention d'aller de l'avant.

«La récente motion démontre l'inquiétude du Parlement concernant la détention injuste de M. Badawi, et nous continuerons à travailler avec tous les parlementaires pour maintenir nos efforts sans relâche pour réunir M. Badawi avec sa famille», a soutenu l’attaché de presse Alex Cohen.

Selon nos informations, le gouvernement Trudeau n’est pas convaincu que l’octroi de la citoyenneté aiderait à la cause du blogueur, détenu par Riyad depuis 2012 pour avoir insulté l'islam. Une source gouvernementale a affirmé que l’Arabie saoudite ne reconnait pas la double citoyenneté et qu’il y a un risque, étant donné la délicatesse de la situation, que cela aurait pour effet d'aggraver les choses pour M. Badawi.

Ce dernier a été condamné par l'Arabie saoudite à 10 ans d’emprisonnement et à 1000 coups de fouet. Il avait reçu des coups de fouet en 2015, mais les autres avaient été suspendus après une vague de protestations à travers le monde.

La femme de M. Badawi et leurs trois enfants vivent au Québec. Ils ont obtenu la citoyenneté canadienne en 2018 et avaient précédemment reçu l'asile politique.