/news/politics

Quarantaine: Québec pourrait mettre à l’amende les voyageurs récalcitrants

Québec pourrait bientôt imposer des amendes aux voyageurs qui ne respectent pas la quarantaine à leur retour après avoir résolu un imbroglio avec le gouvernement fédéral.

• À lire aussi: Air Transat suspend des vols vers le sud

• À lire aussi: Nouveaux variants: QS presse Legault et Trudeau d’agir

• À lire aussi: Toujours pas de nouvelles restrictions aux voyageurs

Les agents de la Sûreté du Québec, qui sont responsables depuis le 22 janvier dernier de s’assurer du respect de la quarantaine dans la province, sont toujours en attente de l’autorisation du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) afin de pouvoir donner des constats d’infraction.

Or, le DPCP était lui-même en attente de documents du gouvernement fédéral, sans quoi il ne pouvait donner son autorisation, a fait savoir mercredi le cabinet de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

Ces documents devraient arriver «dans les prochaines heures» selon le porte-parole de la ministre, Jean-Francois Del Torchio. L’autorisation du DPCP serait ensuite accordée dans «les prochains jours».

Le contrôle des voyageurs à leur arrivée au pays est revenu à l’avant-plan de l’actualité dans les derniers jours avec l’apparition de nouveaux variants de la COVID-19 à l’international. Ces nouvelles formes du virus, parfois plus contagieuses et peut-être même plus mortelles, menacent le Québec d’une nouvelle flambée des infections.

Mardi, le premier ministre du Québec, François Legault, a dit «ne pas comprendre» l’ambivalence de son homologue fédéral, Justin Trudeau, et lui a demandé à nouveau d’interdire les voyages internationaux non essentiels ou, faute de mieux, de forcer les voyageurs arrivant au pays à faire une quarantaine obligatoire dans un hôtel supervisé, à leurs frais.

Justin Trudeau avait affirmé plus tôt que de nouvelles mesures de contrôle des voyageurs seraient bientôt annoncées, sans en dévoiler plus. Il disait cependant craindre l’impact de l’interdiction de vols internationaux sur les livraisons de nourriture et de médicaments.