/news/coronavirus

Tuteurs: pas d’aide dans l’immédiat

Même s’il a annoncé l’embauche de tuteurs pour venir en aide aux élèves vulnérables il y a près de trois semaines, le gouvernement du Québec ne lance qu’aujourd’hui sa plateforme visant à les recruter.

«Aujourd'hui, je tiens à lancer un appel à la solidarité aux étudiants des cégeps et des universités ainsi qu'au personnel scolaire actuel et retraité : nos élèves les plus vulnérables ont besoin de vous. Ils ont besoin de vos connaissances, mais aussi de votre soutien moral pour leur permettre de terminer l'année scolaire en force et d'aller, eux aussi, au bout de leurs rêves», a affirmé le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge par communiqué, mercredi matin.

Les candidatures seront acceptées par l'entremise de la plateforme Web Répondez présent, qui est déjà accessible.

«Dans tous les cas, les tuteurs seront rémunérés», a dit le ministère de l’Éducation qui n’a pas précisé quand ces tuteurs seront en poste.

Ces tuteurs pourront œuvrer au sein d’organismes scolaires ou chez des partenaires comme Alloprof.

Cette initiative vise à offrir du soutien pédagogique et moral aux élèves affectés par la pandémie de COVID-19. «De plus, les sommes accordées permettront au réseau scolaire de mettre en œuvre différentes initiatives de soutien additionnel en formation et accompagnement du personnel scolaire, notamment pour des problèmes plus spécifiques, comme la santé mentale et le bien-être des élèves. Ces sommes permettront notamment l'embauche de ressources spécialisées, la libération du personnel à des fins de formation et l'achat de matériel», a précisé le ministère de l’Éducation qui consacre un total de 38 millions $ pour l’ensemble de ces mesures mises en place pour les accompagner les jeunes jusqu'en juin 2022.

Le ministère a aussi annoncé le versement de sommes supplémentaires à Alloprof et Tel-jeunes pour un total de 12 millions $.

Ainsi, Alloprof sera notamment ouvert le dimanche après-midi et cet organisme embauchera une centaine d’enseignants répondants supplémentaires grâce au recrutement d'étudiants en enseignement.

De son côté, Tel-jeunes ajoutera notamment 200 heures d'intervention par semaine pendant les périodes de pointe.