/news/coronavirus

Couvre-feu: les amendes données aux sans-abri seront annulées

Ben Pelosse / JdeM

Les contraventions données aux sans-abri pour non-respect du couvre-feu seront annulées.

• À lire aussi: Valérie Plante «soulagée» de la décision d’exempter les itinérants du couvre-feu

• À lire aussi: Québec accepte d’exempter les sans-abri

• À lire aussi: Les derniers développements sur le coronavirus du 27 janvier

C’est ce qu’a précisé le premier ministre, François Legault, en conférence de presse, jeudi, tout en faisant son mea-culpa à la suite de la suspension pour les personnes itinérantes du décret mit en place par son gouvernement.

«Depuis le début, il n’a jamais été question de donner des contraventions aux itinérants seulement parce qu’ils ne respectent pas le couvre-feu. Il y a eu quelques erreurs de faites et elles vont être corrigées», a expliqué le premier ministre.

Mardi, son ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a annoncé que Québec allait se plier à la décision de la juge Chantal Massé, de la Cour supérieure du Québec, qui a exempté les sans-abri du couvre-feu en vigueur au Québec jusqu’au 8 février.

La procédure judiciaire avait été lancée à la suite du décès de Raphaël André, un itinérant innu de 51 ans retrouvé mort dans une toilette chimique. L’homme, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrestation pour non-respect d’une promesse de comparaître liée à une accusation de menace, cherchait vraisemblablement à se cacher des policiers pendant le couvre-feu.

Son décès, à quelques pas d’un refuge fermé pour la nuit, avait provoqué une vague d’indignation, entre autres dans le milieu communautaire, suscitant plusieurs appels pour que les itinérants soient exemptés du décret ordonnant le couvre-feu.

«Quand on a eu la décision, on s’est tout de suite ajusté, a rappelé François Legault, jeudi. Au début, c’était pour faciliter le travail des policiers, mais les policiers ont toujours la même règle qu’au début, c’est-à-dire qu’ils ne doivent pas donner de contraventions aux itinérants qui n’ont pas d’adresse fixe. »