/finance/realestate

Immobilier : «Tout le monde est à fleur de peau présentement»

GEN-STOCKQMI

Photo d'archives Joël Lemay

Certaines institutions prévoyaient une baisse du prix des maisons de 18 % pendant la pandémie. C’est tout le contraire qui se produit.

• À lire aussi: Pandémie et boom immobilier attirent les aspirants courtiers

• À lire aussi: Le taux d’inoccupation des logements a bondi à 2,7 % en 2020 à Montréal

«L’inventaire est tellement bas présentement dans le marché qu’aussitôt qu’il y a une propriété intéressante, ça attire une tonne d’acheteurs », lance Dominique St-Pierre, vice-président et directeur général de Royal Lepage pour le Québec au micro de Richard Martineau sur QUB radio.

Il n’est pas rare de voir des transactions se conclure à 100 000 $ au-dessus du prix demandé. Les agents immobiliers sont parmi les rares qui ont vu leur travail augmenter.

«On est vraiment très chanceux, lance Dominique St-Pierre, vice-président et directeur général de Royal Lepage pour le Québec. Ça va quasiment mieux qu’avant la pandémie.»

Même dans un marché en ébullition, les prix des propriétés à Montréal sont environ la moitié de ceux demandés à Toronto et au tiers de ceux de Vancouver.

«Quand j’entends que les prix sont vraiment haut à Montréal, Montréal, dans les villes globales, est encore un des meilleur bargain sur le marché», insiste Dominique St-Pierre.   

  • Écoutez l’entrevue de Dominique St-Pierre avec Richard Martineau sur QUB radio: