/news/coronavirus

La vaccination au Canada ne serait pas complétée avant 2022 selon des experts indépendants

Bien que la vaccination se soit mise en branle le plus rapidement possible dans de nombreux pays, l’immunisation de masse risque de prendre encore du temps, et ce, même au Canada.

• À lire aussi: [EN DIRECT] Les derniers développements sur la COVID-19

• À lire aussi: Québec traquera le variant britannique

• À lire aussi: Les vols vers les Caraïbes et le Mexique suspendus jusqu'au 30 avril

Selon une vaste enquête réalisée par «The intelligent unit» du magazine «The Economist», l’immunisation contre le coronavirus par la vaccination au Canada devrait établie au milieu de l’année 2022 avec entre 60% à 70% de sa population adulte vaccinée. 

Par ailleurs, une immunisation complète de la population mondiale et pratiquement impossible et la COVID-19 est une maladie qui restera parmi nous «sur le long terme».

Pour arriver à ces conclusions sur l’immunité face à la COVID, le groupe de recherche s’est basé sur les accords d'approvisionnement sur les vaccins, les contraintes de production, l'hésitation face aux vaccins, la taille de la population et la disponibilité du personnel de santé. Les données ont également été ajustées par les analystes pour refléter les conditions spécifiques sur le terrain.

Première constatation: il faudra encore du temps pour vacciner les Canadiens. 

Seuls 37 pays sur la planète réussiront à vacciner leur population avant la fin de 2021 : les États-Unis et la plupart des pays d’Europe, sauf quelques-uns. Le Canada n’en fait pas partie de cette liste.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a pourtant indiqué que tous les Canadiens seront vaccinés en septembre 2021, ce que semble mettre en doute cette vaste enquête indépendante. 

Ce n’est qu’au milieu de 2022 que la population canadienne sera majoritairement vaccinée, selon les chercheurs. 

Les pays en tête de file, y compris le Royaume-Uni, les États-Unis et la plupart des pays de l'UE , devraient avoir immunisé leurs groupes prioritaires d'ici la fin mars 2021, les autres pays riches d'ici la fin juin. 

«Nous prévoyons donc que les perspectives économiques mondiales s'amélioreront à partir de la mi-2021, le rebond de l'économie mondiale s'accélérant aux troisième et quatrième trimestres. Cependant, la vie ne sera pas revenue à la normale d'ici là, car les programmes de vaccination pour la majeure partie de la population se poursuivront jusqu'à la mi-2022», fait savoir «The intelligent unit» dans son rapport. 

Maladie qui persistera 

La Chine et l'Inde représentent des cas particuliers; les deux pays ont développé leurs propres vaccins et poursuivent leurs plans de déploiement, mais la taille même de leur population signifie que les programmes de vaccination de masse s'étendront jusqu'à la fin de 2022.

Dans les pays en développement, une couverture vaccinale généralisée ne sera pas atteinte avant 2023, et même, dans certains cas, pas du tout.

Ainsi, la possibilité de voir la COVID-19 continuer à se propager dans ces pays, incluant les risques de voir naître de nouveaux variants, n’est pas exclue. 

«Les vaccins contre de nombreuses maladies, telles que la polio ou la tuberculose, sont disponibles depuis des décennies. Cependant, de nombreuses personnes dans les pays les plus pauvres ne peuvent toujours pas y accéder. Ce qu'on appelait un ''nouveau coronavirus'' il y a seulement un an sera avec nous pour le long terme, aux côtés des nombreuses autres maladies qui ont façonné la vie au cours des siècles», conclut Agathe Demarais, directrice des prévisions de «The intelligent unit» du magazine «The Economist».

Consultez le rapport complet ici.

Dans la même catégorie