/news/coronavirus

«Des régions un peu victimes des Montréalais»

Tous les Québécois attendaient impatiemment l’annonce d’hier du premier ministre Legault concernant les assouplissements des nouvelles mesures sanitaires et le changement de niveau d’alerte dans certaines régions. 

• À lire aussi: Réouverture des commerces et retour en classe partiel dans les cégeps et universités

• À lire aussi: Permis ou interdit dès lundi prochain au Québec

• À lire aussi: Les musées surpris, mais très soulagés

Le gouvernement se laisse aussi deux semaines de marge de manœuvre afin de voir quelle sera la situation de la COVID dans la province et décidera à ce moment de la suite des mesures qui seront reconduites ou modifiées. Mario Dumont a son avis sur la question.

«Il y aurait dû y avoir trois zones – rouge-orange- jaune – plutôt que deux. Le grand Montréal a une réalité. Les régions ont une réalité, mais 100 fois moins de cas. Entre les deux, il y en a qui ont 10 fois moins de cas. Des régions vont devenir un peu victimes des Montréalais, car on ne veut pas faire de barrage routier», explique notre chroniqueur politique.

«Comment gères-tu ça la tentation de louer de gros chalets durant la semaine de relâche dans les Cantons-de-l’Est. Admettons que ça tombe à 10 cas par jour en Estrie. Vas-tu laisser cette zone au rouge [dans deux semaines] pour pas que les Montréalais aillent faire le party, au restaurant, et toutes sortes d’activités, des régions qui seraient victimes de leur proximité avec Montréal . Ça va devenir très délicat à terme», soutient Mario Dumont. 

*** Voyez l’intégrale de la chronique de Mario Dumont dans la vidéo ci-haut.