/news/coronavirus

Les citoyens en zone orange «ne veulent pas se faire péter leur bulle»

L’absence de barrages routiers entre les régions peut inquiéter les municipalités des zones orange.

• À lire aussi: «Des régions un peu victimes des Montréalais»

• À lire aussi: La question des barrages routiers alimente les discussions

Selon la mairesse de Saint-David-de-Falardeau, Catherine Morissette, les citoyens locaux ont voulu décourager les habitants des zones rouges de venir dans le centre de ski du coin en louant la majorité des chalets.

«Ce qu’on me disait, c’est que le locatif a été pris d’assaut par les gens locaux, qui ne veulent pas se faire péter leur bulle», a-t-elle expliqué, mercredi, en entrevue à Denis Lévesque. 

Aux yeux de la mairesse, l’instauration de barrages routiers entre les régions ne servirait à rien, alors qu’il serait tout de même possible pour certaines personnes de déjouer ce stratagème. 

Mme Morissette s’est dite découragée de l’égoïsme de certains Québécois, qui ne respectent pas les consignes de leur zone rouge une fois arrivés en zone orange.

«Si après un an de pandémie et de dommages collatéraux, les gens pensent encore comme ça, c’est assez démoralisant. Tu apportes ta bulle, tu apportes ta couleur, tu gardes ta bulle et tu gardes ta couleur. Et tu restes dans ton chalet!»