/sports/homepage

Non au boycottage des Jeux d'hiver de 2022, dit le Comité olympique canadien

Le Comité olympique canadien (COC) a bien l’intention d’envoyer ses athlètes aux Jeux olympiques d’hiver de Pékin prévus en 2022, ayant diffusé jeudi une lettre pour écarter la possibilité d’un boycottage malgré des enjeux sociopolitiques en Chine susceptibles d’inciter certains à demeurer à la maison. 

Dans une lettre diffusée notamment par le «Globe and Mail», jeudi, le chef de la direction et secrétaire général du COC, David Shoemaker, ainsi que Karen O’Neill, qui assume les mêmes fonctions au sein du Comité paralympique canadien, ont transmis leur message. Se disant conscients du «bilan troublant de la Chine en matière des droits de la personne, de l’oppression des Ouïghours musulmans et de la détention des Canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor», les deux dirigeants estiment que l’absence des athlètes à Pékin n’est pas la solution.

«Nous croyons plutôt que les intérêts de tous les Canadiens et de la communauté mondiale progresseront davantage grâce aux compétitions et par la célébration des performances et des valeurs canadiennes sur la scène olympique et paralympique», ont affirmé les auteurs de la lettre.

À leurs yeux, le sport doit permettre de construire des ponts entre les pays et non pas des frontières.

«Bien qu’il existe de profondes divisions au sein du G20, notamment sur des enjeux importants de souveraineté, de territoires et de droits de la personne, les gouvernements disposent d’outils importants pour les traiter de façon significative. Un boycottage des Jeux olympiques et paralympiques n’en fait pas partie, puisque ceux-ci contribuent plutôt à bâtir des liens et à ouvrir des portes pour utiliser ces outils.»

Des athlètes heureux

Du côté des principaux intéressés, à savoir les participants eux-mêmes, l’entrain demeure plus que jamais présent. La chance unique de grimper sur le podium lors des Jeux constitue un rêve toujours bien vivant.

«Honnêtement, ce serait immense de pouvoir être la première Canadienne à participer à l’épreuve du monobob. Très peu d’athlètes peuvent dire qu’ils ont été les premiers à participer à une nouvelle épreuve olympique. Cela est en soi une source d’inspiration pour moi. Les premières femmes à participer au bobsleigh à deux aux Jeux de Salt Lake City en 2002 m’ont ouvert la porte et à mon tour j’espère avoir le même rôle auprès de futures athlètes de monobob», a déclaré Cynthia Appiah, pilote canadienne de bobsleigh et espoir de Pékin 2022, par voie de communiqué.

«À un an des Jeux, mon message aux athlètes est d’aborder la situation une étape à la fois et de mettre l’accent sur leurs objectifs alors qu’ils augmenteront la cadence sur le parcours vers les Jeux olympiques», a quant à elle déclaré la chef de mission du COC, Catriona Le May Doan.