/news/culture

À Hollywood: une pandémie aux conséquences désastreuses!

Dune

Photo courtoisie, Chiabella James pour Warner Pictures

Dune

La COVID-19 n’a pas épargné la mecque du cinéma. Plongés en plein scénario catastrophe, les grands studios hollywoodiens ont dû repousser la sortie de nombreuses superproductions et suspendre des tournages. On espère maintenant une fin heureuse pour bientôt. Voici les dernières nouvelles concernant les projets les plus attendus au grand écran. 

James Bond peut (encore) attendre

Prévue en avril 2020, la sortie du dernier «007» a été repoussée à novembre 2020, puis à avril 2021. Toutefois, «Mourir peut attendre» ne devrait finalement prendre l’affiche qu’à l’automne 2021. Le studio de la MGM, qui a beaucoup investi dans le film, a même cherché à vendre les droits de distribution à une plateforme de diffusion en continu pour 600 millions $ US. Faute d’avoir trouvé preneur, le studio devrait présenter le 25e volet de la franchise «James Bond» en salle, quitte à nous faire patienter encore un peu avant que nous puissions voir Daniel Craig faire ses adieux à l’agent 007.

Denis Villeneuve reprend espoir

La décision prise par la Warner de présenter «Dune» à la fois en salle et sur la plateforme HBO Max a été vivement critiquée par le cinéaste Denis Villeneuve. Le coup de gueule du Québécois pourrait toutefois porter ses fruits. Selon les dernières infos, le premier volet de «Dune» pourrait ne sortir qu’au cinéma, en octobre 2021. À l’origine, l’adaptation tant attendue du classique de Frank Herbert, avec Timothée Chalamet et Jason Momoa, devait prendre l’affiche à la fin de 2020.

Décollage retardé pour Vin Diesel

Si la COVID-19 n’avait pas fait des siennes, on aurait déjà pu voir l’interprète de Dominic Toretto s’envoler pour les étoiles. Mais la pandémie a retardé d’un an la sortie du neuvième volet de «Rapides et dangereux», qui se déroulera en partie dans l’espace et qui prendra l’affiche en mai 2021. En attendant, Vin Diesel se tient prêt pour la mise sur orbite, tout comme John Cena et Cardi B, qui feront leurs débuts dans la saga.

Tom Cruise patiente sur le tarmac

C’était l’une des suites les plus attendues de 2020. Après avoir vu son envol repoussé de juin à décembre l’année dernière, Tom Cruise devra finalement patienter jusqu’à l’été prochain pour remonter dans son avion de chasse. «Top Gun: Maverick», qui mettra aussi en vedette Jon Hamm et Miles Teller, devrait décoller en juillet 2021, soit 35 ans après la sortie du premier film signé Tony Scott.

Des tournages suspendus

Pas facile de tourner une superproduction en temps de pandémie. Plusieurs tournages ont dû être arrêtés durant de longues semaines. C’est le cas du film biographique sur la vie d’Elvis, réalisé par Baz Luhrmann, qui a été mis sur pause quand Tom Hanks a contracté le virus en Australie.

La production du quatrième volet de «La matrice», avec Keanu Reeves, a aussi dû être interrompue au début de la pandémie, au moment de tourner des scènes à Berlin.

Le tournage du troisième volet des «Animaux fantastiques» a été suspendu pendant six mois; Johnny Depp n’aura eu le temps de travailler qu’une petite journée avant de se faire congédier par Warner Bros.

Mais la palme du tournage le plus compliqué revient à «Mission: Impossible 7». L’équipe, qui se trouvait en Italie quand la pandémie s’est déclarée au printemps dernier, a dû cesser ses activités précipitamment et faire évacuer Tom Cruise en catastrophe. De retour à Venise à l’automne, la production a dû faire face à une éclosion de COVID-19 avec 12 personnes contaminées sur le plateau, ce qui a entraîné une nouvelle suspension de tournage. On comprend mieux pourquoi Tom Cruise a ensuite pété une coche, en Angleterre, quand il a surpris sur le plateau deux membres de l’équipe qui ne respectaient pas les mesures sanitaires.

Avec tous ces arrêts forcés, «Mission: Impossible 7» a pris beaucoup de retard. Le film de Christopher McQuarrie, qui devait sortir cet été, est désormais attendu en salles en novembre 2021.

Des recettes en chute libre

Selon les chiffres de Comscore, Hollywood a connu en 2020 une baisse record de 80 % de ses recettes en Amérique du Nord. En effet, 2,2 milliards $ US ont été engrangés au box-office, comparativement à 11,4 milliards en 2019. Il s’agit du plus faible montant enregistré depuis près de 40 ans.

Au total, 274 films ont vu leur sortie repoussée à 2021. Et les rares superproductions à avoir pris l’affiche en 2020 n’ont pas permis de redresser la barre, tel le film de Christopher Nolan, «Tenet», qui a seulement amassé 58 millions $ aux États-Unis et au Canada.

Une nouvelle vague de reports

Puisque la plupart des cinémas n’ont toujours pas rouvert leurs portes, le calendrier des sorties devrait encore être chamboulé. Annoncé en août 2020, puis en mars 2021, «Morbius», le film Marvel avec Jared Leto en vampire, ne prendra pas l’affiche avant octobre.

«Un coin tranquille: 2e partie», qui devait sortir en mars 2020, puis en avril 2021, pourrait encore être retardé de quelques mois. Et dire que le film avec Emily Blunt avait eu droit à une première avec tapis rouge à New York, juste avant le début de la crise...

Si les conditions sanitaires ne s’améliorent pas, d’autres grosses productions pourraient être reportées.

Des Oscars au printemps

Repoussée de deux mois en raison de la pandémie, la 93e cérémonie des Oscars se tiendra le 25 avril à Hollywood.

Autre conséquence de la COVID-19: ce sont les plateformes de diffusion en continu qui devraient faire le plein de statuettes, car plusieurs films n’ont pu sortir en salle.

Trois longs métrages présentés sur Netflix figurent parmi les grands favoris («Les Sept de Chicago», d’Aaron Sorkin, «Mank», de David Fincher, et «Le blues de Ma Rainey», de George C. Wolfe), aux côtés de «Nomadland», avec Frances McDormand, qui attend toujours de prendre l’affiche au cinéma.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.