/news/coronavirus

COVID-19 : surmortalité de 12 000 personnes de janvier à novembre 2020

STOCKQMI-COVID-19

Photo d’archives

Le nombre de décès de janvier à novembre 2020 était environ 5 % plus élevé que prévu en l’absence de pandémie de COVID-19 au pays, ce qui représente un excédent de 12 067 décès, a rapporté lundi Statistiques Canada. 

• À lire aussi: Les caméras portatives pour les policiers du SPVM exigées

• À lire aussi: Haïti: face au président contesté, des partis d’opposition nomment un dirigeant de transition

Au cours de cette période, 259 836 décès sont survenus au Canada, dont 12 209 ont été attribués à la COVID-19 par les différentes provinces.

En comparaison, 244 375 Canadiens sont décédés au cours de la même période en 2018 et 243 551 en 2019. En ajustant les données pour tenir compte de facteurs démographiques, comme le vieillissement de la population, Statistique Canada conclu qu'il y a eu une 5 % plus de décès qu'attendus de janvier à novembre, majoritairement attribuable à la pandémie.

En date de mardi, la pandémie avait contribué à la mort de 20 835 Canadiens. La maladie est devenue la troisième cause de décès au pays, derrière les cancers et les maladies du cœur.

«Cette tendance a également été observée aux États-Unis où seules les deux principales causes de décès en 2019, soit les maladies du cœur et le cancer, ont été plus meurtrières que la COVID-19», a souligné Statistique Canada.

Deux vagues différentes

Alors que la première vague a été particulièrement meurtrière chez les personnes âgées de 65 ans et plus, la surmortalité chez les personnes de 45 ans et moins a été saisissante lors de la deuxième vague, en automne.

Selon l'agence fédérale, les ainés de 65 ans et plus ont représenté 85 % de la surmortalité au pays lors de la première vague, de la fin mars au début juin, contre 63 % de la mi-septembre au début novembre.

À l’inverse, les Canadiens de moins de 45 ans représentaient 4 % des décès en surnombre liés à la COVID-19 au printemps, contre 16 % en automne. Cependant, le nombre absolu reste faible au regard du nombre total de morts, puisqu’on estime que seulement 50 décès sont attribuables à la COVID-19 dans ce groupe d’âge depuis le début de la pandémie.

«La surmortalité chez les personnes de ce groupe d'âge plus jeune a été observée depuis mai et touche principalement les hommes, explique-t-on. De mai à novembre, on estime à 8 764 le nombre de décès chez les Canadiens de 0 à 44 ans, ce qui correspond à un excédent de 1 691 décès. Les hommes représentaient 77 % de ces décès en surnombre et, dans l'ensemble, ont connu un nombre de décès supérieur de 25 % aux prévisions au cours de cette période.»da.