/regional/saguenay

Deux entreprises québécoises s'allient pour recycler les masques jetables

L'utilisation massive de masques jetables cause des maux de tête à de nombreuses entreprises et organismes qui ne savent pas comment en disposer sans nuire à l'environnement. Une nouvelle initiative montréalo-saguenéenne vise à atténuer le problème.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, une entreprise spécialisée dans le traitement des sols contaminés, RSI Environnement, vient de s'associer à une compagnie montréalaise, Sanexen, dans le but d'inclure les masques souillés à son procédé de valorisation énergétique.

C'est Sanexen qui a d'abord eu l'idée d'installer des contenants pour récupérer les masques chez ses clients.

«Nos clients nous en redemandaient, donc on a décidé de développer une solution clé en main, a indiqué Benoit Dion, le directeur principal au développement des affaires de Sanexen. À tous les mois, on va collecter nous-mêmes les masques souillés avec un technicien qui porte un équipement anti-COVID. On s'assure que la chaîne logistique est prise en mains par des professionnels.»

Tous les masques souillés des entreprises et organismes du Saguenay-Lac-St-Jean qui opteront pour cette option seront amenés chez RSI Environnement de St-Ambroise.

«Les camions viennent décharger les masques dans un entrepôt qui se trouve à l'arrière de l'usine, a expliqué le directeur des ventes de RSI Environnement, Luc Caza. C'est un entrepôt à pression négative. Ces masques-là seront mélangés aux sols contaminés avec de la machinerie lourde. Notre procédé permet de traiter les masques et les sols en même temps.»

Le procédé unique de valorisation énergétique utilisé par RSI Environnement lui permet de procéder aux traitements des sols tout en diminuant sa consommation de propane.

L'entreprise assure que son procédé se distingue de l'incinération conventionnelle et qu'il est beaucoup moins polluant que l'enfouissement.

«Dans le procédé thermique que l'on utilise, on a une deuxième chambre de combustion qui nous permet de vraiment venir détruire les contaminants et de purifier les gaz à la cheminée. C'est ça qui nous distingue d'un incinérateur, a soutenu M. Caza. On opère depuis 1997 sur des certificats autorisés par le ministère de l'Environnement toujours en respectent l'environnement. Ce sera la même chose avec les masques.»

Les deux compagnies sont confiantes d'attirer des clients.

«On vient de mettre la chaîne logistique en place, a souligné M. Dion. On commence à recevoir des demandes depuis une semaine et demie, deux semaines. Il y a beaucoup d'intérêt, que ce soit au niveau des écoles ou des industries privées et dans certains cas, les discussions sont très avancées.»

Sanexen et RSI Environnement pensent être en mesure de desservir un territoire qui dépasse les limites du Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais elles doivent d'abord évaluer les coûts et les impacts liés aux transports.

Pour l'instant, Sanexen est associée à une autre entreprise de la région de Montréal pour la disposition finale des masques jetables souillés de ce secteur, mais elle souhaiterait que tous des masques souillés qu'elle récupère soient transportés et traités à Saint-Ambroise.