/regional/montreal/montreal

L'ex-directeur Philippe Pichet de retour au SPVM

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

L’ex-directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Philippe Pichet, est officiellement de retour en service au sein du corps policier.

Philippe Pichet, qui vient de terminer un contrat de prêt de service à la direction générale de la ville de Fermont, s’est fait confier le mandat d’élaborer le «Plan de continuité des opérations» du SPVM.

 

L'ancien directeur avait annoncé l'été dernier qu'il quitterait son poste de directeur général de Fermont le 4 janvier. Entretemps, une plainte avait été déposée contre lui pour harcèlement psychologique au cours de l'automne. La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail avait d'ailleurs ouvert une enquête.

Philippe Pichet avait été suspendu en décembre 2017 après le dépôt du rapport Bouchard sur le fonctionnement de l’organisation policière qui avait sévèrement écorché la direction du SPVM. Il avait officiellement démissionné en juin 2018, avant la fin d'une procédure de destitution entamée contre lui, et avait été prêté dans la foulée à Fermont.

«Les informations dont nous avons été saisies récemment dans le cadre de notre enquête nous rendent sceptiques sur l’existence d’une réelle volonté de la direction de vouloir opérer un changement radical dans les façons de faire au SPVM», pouvait-on lire.

Le grand patron du SPVM avait été remplacé temporairement par le directeur de la Sûreté du Québec, Martin Prud'homme, qui a passé un an à la tête de la police de la métropole, avant que Sylvain Caron ne lui succède.

Philippe Pichet avait mis en demeure la Ville de Montréal, au début janvier, pour réclamer le droit de pouvoir finir sa carrière au sein du SPVM. Il estimait alors que la Ville cherchait à le congédier de façon déguisée et souhaitait être réintégré dans des fonctions d'inspecteur-chef.

L'ex-directeur a aussi déposé une poursuite de 3 millions $ contre le Procureur général du Québec et le ministère de la Sécurité publique à la mi-janvier, en plus de réclamer des excuses pour sa suspension et le contexte dans lequel il l'a apprise.

Dans la même catégorie