/news/law

Tuerie en Nouvelle-Écosse: la conjointe de fait ajoutée au recours collectif des familles

Bloc GRC

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Soubresaut dans le dossier de la tuerie en Nouvelle-Écosse : la conjointe de fait de l’homme responsable de la plus grande tuerie de masse de l’histoire du Canada est désormais nommée dans le recours collectif intenté contre la succession du tueur, selon différents médias canadiens.

• À lire aussi: 22 victimes dans la tuerie en Nouvelle-Écosse

• À lire aussi: Tuerie en Nouvelle-Écosse: la thèse de la dispute conjugale confirmée

• À lire aussi: La GRC a identifié 435 témoins après la tuerie en Nouvelle-Écosse

Le recours collectif lancé par les familles des victimes vise ainsi trois personnes de plus: Lisa Diana Banfield, son frère James Banfield et son beau-frère Brian Brewster. 

Ces trois personnes ont déjà été accusées, dans un dossier séparé, d’avoir fourni illégalement des munitions à Gabriel Wortman. La Gendarmerie Royale du Canada (GRC) estime cependant que les trois accusés n’avaient pas connaissance des plans du tueur. 

Rappelons que celui-ci a sauvagement assassiné 22 personnes lors d’une cavale de 125 kilomètres qui a duré environ 13 heures, les 18 et 19 avril 2020, au volant d'une fausse voiture de police alors qu'il était lui-même habillé en agent de la GRC. Il s’était servi de pistolets et avait incendié plusieurs endroits sur sa route, avant de finir sa course sous les tirs de la police. 

Mme Banfield, âge de 52 ans, était la seule héritière du tueur, dont les avoirs s’élèvent à 2,1 millions de dollars. Wortman, un denturologiste de formation, détenait notamment de l’argent, trois entreprises enregistrées ainsi que six propriétés à Portapique et à Halifax. 

«Il s'agit vraiment pour nous de faire tout ce qu'il faut pour que les intérêts de nos clients, des familles et des victimes individuelles des événements d'avril 2020 [...] soient protégés. Je ne sais pas si une quelconque partie de ce processus est plaisante pour nos familles», a déclaré Sandra McCulloch de Patterson Law, avocate des représentants des plaignants, citée par Global News. 

Lisa Banfield avait déclaré à la police que le soir où a débuté la tuerie, à Portapique, le tueur l’avait attaquée et ligotée. Elle aurait réussi à se défaire et de se cacher dans le bois, avant de regagner sa maison le lendemain matin. 

Un deuxième recours collectif a été déposé contre la GRC, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse et le gouvernement fédéral, qu’on accuse d’avoir manqué à leur devoir de protection.

Dans la même catégorie