/news/coronavirus

L’infirmière qui vaccinait... avait la COVID

Vaccination

Mike Fouque - stock.adobe.com

Quelque 150 aînés d’une résidence pour aînés (RPA) de Saint-Jean-sur-Richelieu ont été mis en isolement et attendent d’être dépistés pour la COVID-19, car l’infirmière venue les vacciner la semaine dernière a été déclarée positive.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Investigation autour du variant à Saint-Jean-sur-Richelieu

«C’est terrible [...] ma mère est dans tous ses états. Le loup est rentré dans la bergerie en allant donner le vaccin, c’est comme inconcevable», souffle Janine Bessette, dont la mère âgée habite la RPA Samuel-de-Champlain.

Mardi dernier, le 2 février, sa mère se réjouissait d’apprendre qu’elle recevrait le vaccin contre la COVID-19, relate Mme Bessette. Mais l’aînée a vite déchanté quand elle a appris que le jour suivant la vaccination, l’infirmière qui s’était rendue sur les lieux la veille a commencé à éprouver des symptômes. Elle a ensuite obtenu un diagnostic positif vendredi dernier, soit trois jours après sa visite.

Appelé à commenter, Éric Beaulieu, des Résidences Fleur de Lys, a confirmé ces informations. Il assure que Samuel-de-Champlain, l’une des quatre RPA de l’entreprise, n’est cependant pas en éclosion.

Trois employés retirés 

Demain, tous les résidents et le personnel subiront un test de dépistage. Mais déjà, trois employés sont en retrait préventif, après avoir éprouvé des symptômes durant le week-end, et attendent le résultat d’un test de dépistage.

«On touche du bois», lance M. Beaulieu, ajoutant que par précaution, tous les résidents seront en isolement pour 14 jours.

L’endroit est en mode prévention et solution, dit-il, mais devra aussi faire appel à une agence pour remplacer les employés qui ont dû être retirés du travail.

Aucun cas en 11 mois 

La RPA n’a vécu aucune éclosion en près de 11 mois de pandémie.

«Je ne blâme pas la résidence [...] Ils ont tout traversé, ils n’ont jamais eu un cas, et là, on vient les vacciner... C’est stressant», poursuit quant à elle Mme Bessette.

Elle s’interroge d’ailleurs sur la surveillance effectuée par la santé publique auprès de ses employés lorsqu’ils sont appelés à se rendre auprès d’aînés vulnérables.

En pleine campagne de vaccination, elle souhaite ardemment que toutes les précautions soient prises.

Lundi, la direction de la santé publique de la Montérégie n’était pas en mesure de répondre à nos questions.