/finance/homepage

Une famille endeuillée doit payer une pénalité de 16 000$

La famille d’un jeune homme qui est décédé avec sa copine dans un accident de moto l’été dernier déplore d’avoir dû payer une pénalité de plus de 16 000 $ lors de la vente du condo du couple.

« C’est vraiment choquant de se faire donner une pénalité quand on a perdu un être cher de cette façon. Même le notaire est resté figé en voyant la grosseur du montant », laisse tomber la mère de Giuliano Bruzzese, Caroline Lemay.

Le 7 août, le jeune homme de 29 ans était à moto avec son amoureuse, Cyrielle Beaudoin, 27 ans. Vers 22 h, ils ont été percutés de plein fouet par un véhicule venant en sens inverse sur la rue Nobel, près du chemin Du Tremblay, à Boucherville. 

Selon les informations que la famille a reçues, l’automobiliste s’est retrouvé dans l’autre voie pour une raison toujours inconnue, ne laissant aucune chance aux tourtereaux, qui étaient ensemble depuis huit ans. 

« C’est encore très difficile pour nous tous, pour faire notre deuil, puisqu’on ne sait pas réellement ce qui s’est passé cette soirée-là », soutient une des sœurs de Giuliano, Amélie Bruzzese. 

Banque remboursée 

En tant que liquidatrice de la succession, Mme Lemay a entrepris les démarches pour vendre le condo du couple, récemment acheté et situé sur l’île de Montréal. 

Comme l’hypothèque n’avait pas été remboursée, elle s’attendait à devoir payer une « petite pénalité », mais elle a été sous le choc lorsqu’on lui a annoncé que ce montant s’élevait à 16 580 $.

« Ça n’a pas de bon sens. On s’entend que si rien n’était arrivé, mon fils aurait continué de payer son hypothèque. Ce n’est pas un bris de contrat volontaire. Dans les circonstances, on se serait attendus à un peu de compréhension, mais non », déplore Mme Lemay. 

Elle précise que la vente du condo a permis de rembourser complètement la banque.

« Ce n’est pas comme s’ils se retrouvaient avec un manque à gagner au final », dit-elle.

« Nous invitons les responsables de la succession à nous contacter pour discuter des mesures d’assouplissement possibles dans les circonstances », a pour sa part réagi la Banque Nationale. 

Distraction ? 

La famille Bruzzese espère que l’enquête policière connaîtra un dénouement rapidement, afin de savoir s’il y a un élément criminel dans cette affaire.

« Si l’autre conducteur a quelque chose à se reprocher, on veut le savoir. On n’arrive pas à comprendre comment quelqu’un peut dévier de sa voie sans distraction. Est-ce qu’il textait au volant ? Au début, on nous parlait que c’était dû à l’inexpérience, puisque c’est un jeune conducteur », soutient Amélie Bruzzese.

Du côté du Service de police de l’agglomération de Longueuil, on confirme que l’enquête est toujours en cours.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.