/news/coronavirus

Mystère autour des deux cas de variant sud-africain en Abitibi-Témiscamingue

L’origine des deux cas de variant sud-africain découverts en Abitibi-Témiscamingue en janvier n’a toujours pas été établie, et laisse croire que cette souche de coronavirus pourrait circuler librement sans qu’on ne le sache. 

• À lire aussi: Les variants sud-africain et californien découverts au Québec

• À lire aussi: Sortie de pandémie : trois éléments qui menacent le déconfinement

Selon Benoît Barbeau, expert en virologie et professeur du Département des sciences biologiques de l’UQAM, plusieurs questions demeurent sans réponse sur ces deux cas étonnants. 

«C’est étonnant par rapport à l’endroit où ils ont été détectés. N’empêche, on savait que le variant était déjà au Canada. La question qui se pose, c’est comment est-il probable que ce variant-là, a été capable d’infecter deux personnes de manière indépendante», se questionne l’expert en entrevue à Mario Dumont. 

Il estime que le variant sud-africain serait présent chez d’autres individus et qu’il circulerait à différents niveaux. 

«Il est fort à parier qu’il y a d’autres porteurs actuellement. Je crois qu’il faut être très vigilants, plus particulièrement en Abitibi-Témiscamingue qui est maintenant une zone orange», ajoute-t-il. 

Écoutez la chronique de Claude Villeneuve au micro de Richard Martineau sur QUB radio :

Ces deux personnes infectées par le variant sont heureusement rétablies, et ne sont pas liées à des voyages. 

«Des informations manquent quant à la transmission de cette souche», insiste M. Barbeau. 

«Il manque énormément d’information et tous les efforts de séquençage qui prennent plus d’ampleur nous permettront d’établir à quel point il y a plus de cas d’infection. [... ] Tout ce qui est séquençage sera extrêmement important et ainsi que les nouvelles analyses, pour établir à quel point le variant est distribué à travers le Québec, mais aussi pour éclaircir, on espère son origine», précise le virologue. 

D’autres cas de variants ont été dénombrés dans d’autres provinces canadiennes, dont l’Ontario. L’Abitibi-Témiscamingue aurait pu être la porte d’entrée pour la souche sud-africaine du coronavirus, étant donné sa proximité avec cette province.  

Jusqu’à maintenant, onze cas confirmés de variants de la COVID-19 ont été identifiés à travers la province. 

La mutation originaire du Royaume-Uni a été détectée chez huit personnes, principalement à Montréal. Un cas de variant demeure non-précisé. 

Écoutez le virologue Benoît Barbeau expliquer l’ABC des variants de la COVID-19 :

Dans la même catégorie