/news/coronavirus

Les infirmières ne veulent pas payer leur cotisation

Infirmieres-Hopital Cite-de-la-Santé-Laval-COVID-OIIQ

Photo courtoisie

Des milliers d’infirmières du Québec somment le gouvernement et leurs ordres professionnels de suspendre les frais de leur permis d’exercice en guise de soutien pour leur travail acharné depuis le début de la pandémie. 

« On n’a plus de vacances, plus de fériés, notre charge de travail a doublé. On manque d’équipement. On ne se sent pas en sécurité. Est-ce qu’on a vraiment à payer pour travailler dans ces conditions-là ? », demande Émilie, une infirmière aux soins intensifs de l’hôpital de la Cité-de-la-Santé, à Laval.

Comme la plupart de ses collègues dans la province, elle considère que la cotisation de 470 $ qu’elle doit payer à l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec d’ici le 15 mars et celle de 250 $ que ses consœurs doivent verser à l’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ) sont « très difficiles à avaler » cette année.

« M. Legault nous appelle sans cesse ses anges gardiens. On ne croit pas qu’un ange gardien se doit de payer pour devoir prendre soin des gens », tranchent les infirmières de la Cité-de-la-Santé.

« Je me souviendrai toujours de cette infirmière qui commençait son quart de travail, c’était plus fort qu’elle, elle a éclaté en sanglots », raconte le président de l’Association des spécialistes en médecine interne du Québec, le Dr Huang Duong.

Et cet événement marquant est loin d’être isolé, assure-t-il.

Épuisement

« Est-ce que la santé mentale et physique des infirmières vaut 500 $ ? », interroge la vice-présidente aux communications de l’Association québécoise des infirmières et infirmiers, Ève-Lyne Clusiault. 

L’étudiante à la maîtrise croit que la suspension de la cotisation « ne changera absolument rien » aux conditions de travail.

« La majorité de mes collègues sont actuellement en burn-out, épuisées, quand elles ne sont pas carrément en choc post-traumatique. Plusieurs ont des idées suicidaires. [...] Nous sommes le ciment du système de santé. Si nous sommes malades, c’est la population entière qui en souffre », lance-t-elle.

Des pétitions

Une pétition exigeant « un permis gratuit » lancée il y a quatre jours par les infirmières de la Cité-de-la-Santé comptait samedi 34 000 signatures. Et celle à l’intention de l’OIIAQ avait déjà amassé les quelque 10 000 visées.

Le personnel infirmier déplore également « une augmentation de 20 $ sans justification » du prix de la cotisation pour l’année 2021-2022.

« C’est comme ça que l’Ordre a décidé de nous remercier », résume une infirmière « épuisée » qui a préféré garder l’anonymat par peur de représailles.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.