/news/coronavirus

Le Bloc demande la divulgation des contrats des vaccins

Vaccination Québec

Photo d'archives, MSSS/Patrick Lachance

Face à un ralentissement dans la réception des doses de vaccins promis par les entreprises Pfizer et Moderna dans les dernières semaines, le Bloc québécois a demandé au gouvernement Trudeau lundi la divulgation des détails de ces contrats, «sans caviardage».

• À lire aussi: Ottawa accusé d’empêcher les provinces d’acheter leurs propres vaccins

• À lire aussi: Un producteur de vaccins indien promet des doses au Canada d’ici moins d’un mois

• À lire aussi: Les variants sont plus présents qu'on le pense, prévient une experte

La demande du Bloc, d’abord formulée au début du mois, s’appuie aujourd’hui sur la confrontation survenue la semaine dernière entre le Manitoba et le gouvernement Trudeau.

«On ne peut pas faire notre travail si le gouvernement fédéral ne fait pas son travail», avait lancé le premier ministre manitobain Brian Pallister à propos de la lenteur dans la livraison des vaccins contre la COVID-19.

Le Manitoba a donc négocié un contrat avec une entreprise pharmaceutique de Calgary, Providence Therapeutics, afin d’acheter deux millions de doses en vue d’une distribution d’ici la fin de l’année. Ce contrat pourrait se concrétiser à condition que la Santé publique du Canada lui donne le feu vert, ce qui n’est pas gagné d’avance, car il devra traverser une série d’évaluations règlementaires.

S’il vient à passer, il s’agirait du premier contrat négocié directement entre une province canadienne et un fournisseur puisque c’est Ottawa qui dirige ce bateau depuis l’arrivée des vaccins contre la COVID-19 sur le marché.

Toutefois, le premier ministre Pallister est allé plus loin en accusant le fédéral de mettre des bâtons dans les roues aux provinces qui désirent s’approvisionner de leur propre chef.

«Le gouvernement fédéral nous a enlevé notre droit d'acheter des vaccins en bloquant notre capacité à le faire. Nous frappons à des portes [des entreprises pharmaceutiques] depuis des mois maintenant. Et le fait est que les soins de santé sont une responsabilité constitutionnelle des provinces», a-t-il déclaré la semaine dernière.

Le chef bloquiste, Yves-François Blanchet, s'est donc saisi de l’occasion pour réitérer sa demande.

«Aujourd’hui, nous constatons une contradiction majeure entre Ottawa et le Manitoba à savoir que le fédéral pourrait avoir interdit aux pharmaceutiques, dans ses contrats, de fournir des doses aux autres juridictions en cas de rupture d’approvisionnement, a-t-il déclaré par voie de communiqué, lundi. Ça rend plus nécessaire que jamais la divulgation complète des contrats, seule manière de prouver que Justin Trudeau n’empêche pas les provinces et le Québec de se procurer des doses.»

Jusqu’ici, Ottawa a défendu la non-divulgation des contrats en invoquant les clauses de confidentialité introduites dans les contrats signés avec Pfizer et Moderna. Celles-ci contiennent des informations «commercialement sensibles», avait expliqué à la CBC le ministre de l’Innovation François-Philippe Champagne au début du mois.

Selon les chiffres de l’Agence de Santé publique du Canada, plus de 335 000 doses du vaccin de Pfizer devraient arriver au pays au courant de la semaine. Cela représenterait la plus importante livraison de vaccins au Canada depuis l’arrivée de la première cargaison au mois de décembre.

Joint par l’Agence QMI, le bureau de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Anita Anand, a affirmé s’engager à «publier autant d'informations que possible sur nos efforts d'approvisionnement tout au long de la pandémie - sans mettre en danger l'accès aux fournitures, y compris les vaccins», en rappelant que le nombre de livraisons prévues de doses est rendu public de façon hebdomadaire.

Dans la même catégorie