/news/coronavirus

Une 3e vague qui pourrait frapper comme un tsunami si la vaccination n’avance pas

Bien que le bilan sanitaire soit plutôt bas au Québec lundi avec 728 nouvelles infections, une baisse constante des hospitalisations, et 16 décès, une troisième vague pourrait encore frapper durement en raison de l’arrivée des variants. 

• À lire aussi: [EN DIRECT] Les derniers développements sur la COVID-19

Selon l’Université Simon Fraser de la Colombie-Britannique, les projections pour les prochaines semaines sont particulièrement inquiétantes. 

«Malheureusement, on est encore dans l’inconnu, on travaille à l’aveugle... Quand on va voir sur le site de l’INSPQ, on a encore et toujours que 11 cas documentés de variants au Québec, ça veut dire qu’on arrive pas à sortir les données», estime Diane Lamarre, spécialiste santé à LCN. 

Selon l’étude de modélisation de l’Université Simon Fraser, les variants pourraient faire doubler les cas de COVID, et ce, en moins de deux semaines, provoquant un raz-de-marée de nouvelles infections, soit 4000 cas par jour au Québec seulement. 

«On se souvient que début janvier, on était très préoccupés, car on était autour de 2500 cas par jour et c’est là qu’on craignait les débordements et qu’on faisait du délestage», relève Mme Lamarre. 

Les nouveaux variants peuvent ainsi changer le visage de la pandémie extrêmement rapidement, en 30 à 40 jours. 

Comment faire pour éviter un tel scénario? 

«Fermer les frontières», insiste Diane Lamarre qui considère également que les personnes âgées en RPA devraient aussi être vaccinées d’ici les trois prochaines semaines.  

Des milliers de doses du vaccin Pfizer-BioNTech sont attendues, dont plus de 400 000 cette semaine. 

«On est en mesure de dire que les personnes en RPA auraient leur vaccin. On peut penser que d’autres groupes seraient vaccinés. Les gens de 80 ans et plus aussi, et à peu près la moitié des gens de 70 ans. Il y a de l’espoir, mais il faut vraiment continuer d’appliquer toutes nos mesures pour empêcher une contamination avant l’accès au vaccin d’ici le 31 mars», conclut-elle.  

Dans la même catégorie