/news/coronavirus

«Dès demain, les doses arrivent», assure Pfizer

Après des ralentissements dans les livraisons des doses de vaccin au cours des dernières semaines, Pfizer assure que le rythme va rapidement s’accélérer. 

• À lire aussi: Virus: Pyongyang a tenté de pirater des données de Pfizer

• À lire aussi: Une 3e vague qui pourrait frapper comme un tsunami si la vaccination n’avance pas

• À lire aussi: Le Bloc demande la divulgation des contrats des vaccins

«Dès demain, les doses arrivent. On a au-dessus de 400 000 doses qui sont prévues pour cette semaine. Pour la semaine du 22, on parle de 475 000 doses. Pour les cinq semaines du mois de mars, on a une moyenne de 440 000 doses qui sont prévues», explique Fabien Paquette, directeur général et responsable des vaccins chez Pfizer Canada.

Si l’on additionne ces doses à celles déjà reçues, Pfizer devrait avoir livré 4 millions de doses au Canada d’ici la fin du mois de mars. «C’est ce qui est prévu, nos projections nous indiquent qu’on est dans la bonne voie», ajoute M. Paquette en entrevue à LCN. 

Les retards ont été causés par des travaux de mise à niveau dans les usines de Pfizer. Toutefois, selon le porte-parole, les travaux ont permis de procéder à des améliorations. 

«On a été en mesure d’améliorer de façon significative la façon de développer les vaccins, d’améliorer les chaînes de production et les matières premières. Ce qui nous permet de produire plus de vaccins rapidement», insiste-t-il.

Il assure que le Canada bénéficiera de ces mises à niveau permettant d’augmenter le nombre de doses livrables au deuxième trimestre passant de 8 millions à 10,8 millions et de 19 millions à 25 millions au troisième trimestre. Pfizer s’engage à livrer un total de 40 millions doses d’ici la fin du mois de septembre.

Pzifer a déjà détenu une usine de production de vaccins à Montréal. Toutefois, celle-ci a été vendue à une autre compagnie. Le géant n’a pas l’intention à court terme de recommencer la fabrication de vaccins ici.

«Si on est en mesure de pouvoir démontrer qu’il y a un bénéfice d’avoir une production qui se fait au Canada pour une échelle mondiale, ça pourrait être une avenue. Malheureusement, à court terme, comme on fait pour les vaccins, on maximise nos usines pour produire rapidement», précise M. Paquette.

Pour ce qui est de la production par d’autres pharmaceutiques, Pfizer dit avoir signé deux ententes permettant d’augmenter la production de 1,3 milliard de doses à 2 millions d’ici la fin de l’année.  

«Ce n’est pas quelque chose qu’on voit habituellement, ça démontre notre désir de collaboration à travers l’industrie pour mettre fin à cette pandémie», affirme-t-il.

Pfizer continue de recommander d’injecter la deuxième dose de vaccins à l’intérieur de 21 jours, conformément aux résultats de ses études cliniques.  

«On comprend que les santés publiques regardent la situation de près et appliquent une stratégie différente pour protéger la population», admet le porte-parole.

Alors que les infections par les nouveaux variants continuent d’augmenter, M. Paquette assure que le vaccin a démontré son efficacité sur ceux découverts en Afrique du Sud et au Royaume-Uni. Les résultats sur le variant brésilien sont encore attendus.

«C’est possible de s’ajuster en quelques semaines. On pourrait refaire le même exercice, reprendre le code génétique du virus et reformuler le vaccin», conclut M. Paquette. 

Dans la même catégorie