/news/coronavirus

La Mauricie–Centre-du-Québec reste en zone rouge

Le premier ministre François Legault est clair, la Mauricie–Centre-du-Québec reste en zone rouge par mesures préventives. Par contre, les piscines, les patinoires intérieures et les cinémas ouvriront leurs portes dès le 27 février.

• À lire aussi: De la créativité pour faire survivre le secteur touristique en Mauricie

• À lire aussi: Les résidences unifamiliales ont la cote en région

• À lire aussi: Pénurie de masques N95 dans les établissements d’enseignement

«On n’a pas le choix, avec les nouveaux variants plus contagieux et la vaccination qui est au ralenti, on doit continuer de faire attention», a lancé le premier ministre lors de sa conférence de presse, mardi.

Le plus récent bilan régional rapporte 12 nouveaux cas sur le territoire, dont seulement quatre en Mauricie et huit au Centre-du-Québec. Les hospitalisations sont aussi en baisse pour un total de quatre, dont un patient aux soins intensifs.

La directrice régionale de la Santé publique incite pour autant la population à demeurer vigilante.

«Notre réseau de la santé est encore fragile. Jusqu’à présent, le taux d’occupation à l’École nationale de police de Nicolet est d’environ 80 %. [Ce sont] notamment des résidents des RPA qui bénéficient de soins à cet endroit, mais en plus, il y a le ralentissement dans l’opération de vaccination. Ça fait partie des facteurs actuels », a indiqué la directrice régionale de la Santé publique, Dre Marie-Josée Godi.

Bonne nouvelle pour les cinémas

Il y a de l’action au cinéma Le Tapis Rouge de Trois-Rivières, alors que les copropriétaires ne veulent pas perdre une minute.

Des compagnies spécialisées sont à l’œuvre depuis mardi matin pour nettoyer toutes les conduites d’aérations et désinfecter les lieux. Les équipes s’activent également pour repartir les projecteurs, installer les films et faire des tests à la billetterie.

«On est tellement contents! On a hâte d’accueillir les clients et d’ouvrir nos portes! Cet assouplissement va aider au moral des clients, mais ça va aussi nous donner un bon coup de main sur le plan financier. Il reste quelques informations à vérifier, comme le nombre de clients permis, le port du masque de procédure et les règles générales que nous devrons respecter, mais c’est une très belle journée», a réagi le copropriétaire du cinéma Le Tapis Rouge, Paul Langevin.

Des arénas resteront fermés

Québec propose ainsi quelques allégements pour permettre aux familles de proposer des activités aux enfants qui seront en relâche à partir du 1er mars. Réouverture des cinémas, permission de jouer à l’extérieur en groupe de huit, mais aussi ouverture des piscines intérieures et des arénas font partie de ces nouvelles mesures.

Les municipalités de Louiseville, Saint-Boniface, Nicolet et Bécancour, avaient fermé les portes des arénas dans les derniers jours et certains resteront fermés faute de temps en raison des coûts. Refaire une glace coûte environ 5000 $ à la municipalité de Nicolet, en plus des frais d’énergie qui s’élèvent mensuellement à près de 9000 $.

«J’ai l’impression qu’on est dans une maison de fous. Entre les indications de la semaine passée et là les assouplissements qui sont annoncés. Les municipalités apprennent toujours les nouvelles en même temps que tout le monde. Donc, on se retrouve en réaction et on ne peut jamais prévoir le coup! Par contre, notre glace va rester fermée, sinon ça va coûter trop cher! Par contre, on travaille actuellement à une offre spéciale pour les familles durant la semaine de relâche. On va offrir des activités sur la surface de béton intérieure », a expliqué la mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois.

«En ce moment, il reste environ un mois d’usage et 95 % de nos activités sont des sports organisés de groupe, donc ça ne vaut pas la peine de rouvrir la glace. Je préfère qu’on souffre maintenant pour mieux jouer plus tard et en finir pour de bon de cette pandémie», a souligné le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.

Le gouvernement a également renoncé à mettre des barrages entre les régions, alors que les déplacements restent autorisés, mais non recommandés. Il est ainsi possible de louer un chalet ou une chambre d’hôtel dans une autre région que celle où l’on habite, en respectant toutefois le couvre-feu et les bulles familiales.

Dans la même catégorie