/news/politics

«C’est une question d’équilibre», dit le ministre Dubé

Le ministre québécois de la Santé croit que, malgré les critiques, les mesures annoncées mardi par le gouvernement sont les bonnes.

«Habituellement, quand on a un équilibre entre les gens heureux et les gens moins heureux c’est parce que la décision est au bon endroit. C’est une question d’équilibre. On a voulu être prudent parce qu’il y a encore beaucoup d’incertitudes», explique Christian Dubé.

Le ministre évoque notamment l’arrivée des variants ainsi que les retards dans la vaccination. «On essaye de trouver un équilibre», ajoute-t-il.

Il dit comprendre la déception de certaines personnes, mais dit que ces décisions ont été prises en fonction de la situation actuelle.

«On demande aux gens un effort supplémentaire. Il n’y a pas encore de stabilité. Avec la semaine de relâche l’an dernier, on a vu comment ç’a fait mal

On a regardé ce qu’on peut donner aux parents pour qu’ils aient certaines activités» précise le ministre.

Des cas d’infections par les différents variants du virus ont été signalés dans la province. Le ministre assure que tout est fait pour identifier ces cas.

«On va être très très clair, pour ce qui est du criblage on est à la bonne place. D’ici la fin de la semaine, on va avoir les données qui vont nous permettre de savoir combien on a de variants», martèle le ministre.

Le gouvernement a été vertement critiqué sur le fait qu’il n’a pas encore mis en place de stratégie avec les tests rapides. Il maintient que leur utilisation est faite en complément des tests PCR. 

«On a toujours dit qu’on était excessivement efficaces avec nos tests de façon générale. Les tests rapides sont des tests complémentaires avec notre stratégie de dépistage», dit-il.

Selon lui, l’important est de venir tester rapidement lorsqu’il y a des éclosions, notamment dans les entreprises.