/regional/montreal/montreal

Des bancs prisés des itinérants condamnés dans le métro

Des bancs régulièrement utilisés par des itinérants pour se reposer à la station de métro Bonaventure, au centre-ville de Montréal, ont été condamnés par la Société des transports de Montréal (STM) à l'aide de panneaux de contreplaqués pour lutter contre la propagation de la COVID-19.

La situation a d'abord été dénoncée par le conseiller municipal de l'opposition Benoit Langevin, qui a partagé sur son compte Twitter des photos montrant les panneaux installés dans le cœur de la station de métro.

Auparavant, la STM avait déjà condamné l'accès au banc avec des rubans jaunes, mais les panneaux posés en angle empêchent désormais carrément quiconque d'accéder aux bancs.

Or, cette station de métro est bien connue pour attirer plusieurs sans-abri en quête d'un peu de chaleur, tout particulièrement en cette période de l'année, alors que le mercure a chuté sous les -16 °C mercredi matin à Montréal.

La STM s'est défendue de chercher à s'attaquer aux itinérants en plaidant que ceux-ci ont toujours accès à la station. «L’aménagement installé aujourd'hui vise à assurer une circulation fluide et respectueuse des mesures sanitaires dans un corridor où se croisent de nombreuses personnes, même durant la pandémie», a réagi l'organisation sur son compte Twitter.

«Cette mesure est temporaire et n’est pas appliquée dans des zones moins achalandées de la station où des personnes en situation d’itinérance peuvent s’y retrouver tous les jours jusqu’à la fermeture de la station», a ajouté la STM, sans expliquer pourquoi elle a décidé de finalement condamner les bancs en plein milieu de l'hiver, tout près d'un an après la découverte du premier cas de COVID-19 au Québec.