/finance/homepage

Plus de 1 milliard $ pour des satellites

Télésat développe le modèle de satellite LEO placé en orbite basse qui va entre autres procurer l’internet haute vitesse à des centaines de milliers de Canadiens qui vivent dans les régions éloignées.

Photo courtoisie

Télésat développe le modèle de satellite LEO placé en orbite basse qui va entre autres procurer l’internet haute vitesse à des centaines de milliers de Canadiens qui vivent dans les régions éloignées.

Deux entreprises dévoileront jeudi un investissement de plus d’un milliard de dollars au Québec pour un ambitieux projet de satellites en présence du premier ministre François Legault, a appris Le Journal.

La firme ontarienne MDA, qui possède une importante usine dans l’ouest de l’île de Montréal, annoncera la construction de nouvelles installations au Québec pour la fabrication d’antennes destinées à la constellation de satellites Lightspeed de Télésat. Le centre de contrôle du réseau y sera également installé.

Selon les informations recueillies par Le Journal, le gouvernement Legault accordera une importante aide financière au projet, lequel doit créer plus d’une centaine d’emplois.

Dans le cadre du projet Lightspeed, Télésat prévoit lancer pas moins de 298 satellites en orbite basse (LEO). 

Ces appareils de nouvelle génération seront mis à la disposition des secteurs de l’aéronautique, du transport maritime, des télécommunications ainsi que des gouvernements.

Internet haute vitesse

Les satellites LEO de Télésat doivent également donner accès à l’internet haute vitesse à des centaines de milliers de Canadiens qui vivent dans des régions éloignées. 

Ottawa a confirmé en novembre le versement d’une aide de 600 millions $ à Télésat qui permettra à l’entreprise d’offrir de la bande passante à prix abordable aux fournisseurs d’accès internet et aux opérateurs de réseaux de téléphonie mobile.

Réseau novateur

La semaine dernière, Télésat a confié à Thales Alenia la fabrication des satellites et la maîtrise d’œuvre du projet, un contrat qui pourrait rapporter plus de 3 milliards $ au groupe franco-italien – le plus important de son histoire.

« Lightspeed est le réseau de satellites à large bande le plus novateur et le plus avancé jamais conçu », a soutenu Télésat dans le communiqué annonçant l’entente avec Thales Alenia. 

Financement pas encore bouclé

Télésat compte lancer ses premiers satellites LEO dans « environ deux ans ». Après une période de tests, l’entreprise prévoit lancer l’exploitation commerciale du réseau dans la deuxième moitié de 2023.

Les satellites en orbite basse survolent la terre à environ 1000 kilomètres d’altitude. Ils présentent l’avantage de ne pas imposer de longs délais de transmission ni de limitations de débit, contrairement aux satellites en orbite géostationnaire et en orbite moyenne. Il faut toutefois préciser que Télésat n’a pas encore bouclé le financement de ce coûteux projet, qui est loin d’être le seul du genre.

Aux États-Unis, la firme SpaceX d’Elon Musk et le géant Amazon ambitionnent de lancer des milliers de satellites en orbite basse au cours des prochaines années.

Certains s’inquiètent de la prolifération de ces engins dans l’espace. 

L’entreprise montréalaise NorthStar Ciel et Terre, qui a reçu de généreux appuis de Québec et d’Ottawa, travaille justement à la conception de satellites qui auront pour but d’assurer une circulation fluide au-dessus de nos têtes.