/finance/homepage

Bitcoin: âge de raison ou délire spéculatif?

Des géants de la finance américaine à Tesla, le bitcoin, qui a dépassé les 50 000 dollars lundi, intéresse de plus en plus d'acheteurs appâtés par sa croissance étourdissante, malgré les inquiétudes de nombreux régulateurs.

• À lire aussi: Feu vert pour un fonds de bitcoins en Bourse canadienne, le premier dans le monde

• À lire aussi: Une institution bancaire se lance dans le bitcoin

À Wall Street, où les amateurs de cryptomonnaies étaient encore marginaux en 2017, lors du dernier pic des prix, les convertis se multiplient: BlackRock, le premier gestionnaire d'actifs au monde ou la banque BNY Mellon, ont affirmé qu'ils allaient investir dans le secteur.

La performance du bitcoin a de quoi allécher les loups new-yorkais: à plus de 51 000 dollars jeudi, la première cryptomonnaie vaut cinq fois plus qu'il y a un an, et l'ensemble des bitcoins créés depuis son lancement en 2008 représente près de 1000 milliards de dollars.

Pour les professionnels du secteur, comme le patron de la plateforme européenne de ventes de cryptomonnaies Bitpanda Eric Demuth, l'affaire est réglée: le bitcoin est en train de devenir un «nouvel or numérique», prisé des investisseurs qui souhaitent diversifier leurs actifs et se prémunir contre l'inflation.

«Bientôt, on trouvera des bitcoins dans les réserves des banques centrales», assène-t-il.

«C'est un actif qui est très volatil, qui est très risqué, mais en même temps, ça fait dix ans qu'on dit que le bitcoin va s'effondrer et il est toujours là», souligne le chercheur Matthieu Bouvard, de la Toulouse School of Economics.

Selon lui, «l'histoire du bitcoin, c'est quand même d'aller vers des marchés de plus en plus organisés» et de voir sa volatilité diminuer, même si elle reste 10 fois plus élevée que sur les marchés boursiers.

Pour le moment, les responsables des institutions monétaires, se méfient de cette monnaie virtuelle, créée par des anonymes qui est gérée par un réseau décentralisé. La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a asséné début février que le bitcoin n'était «pas une monnaie» et qu'il s'agissait d'un «actif hautement spéculatif».

Pour Alexandre Baradez, analyste marché chez IG France, il y a un «aspect marketing» évident: certaines entreprises «intègrent de faibles montants de bitcoins dans leur trésorerie pour montrer qu'elles suivent l'actualité technologique», résume-t-il, tout en rappelant que la fièvre spéculative ne s'est pas encore tellement emparée de l'Europe.

«C'est toujours la même chose, l'Europe a deux ans de retard sur les États-Unis pour adopter les technologies», se désespère le patron de Bitpanda, qui pense que le vieux continent peut rattraper son retard dans les prochaines années.

 Selon les analystes du spécialiste des cryptomonnaies ByteTree, l'Europe représente seulement 10% des bitcoins achetés par des fonds.

«C'est principalement à cause de régulations trop contraignantes», estime son fondateur Charlie Morris, qui ne s'attend pas à voir des entreprises européennes suivre le modèle de Tesla: le constructeur de véhicules électriques, dirigé par Elon Musk, homme le plus riche du monde et fervent partisan des cryptomonnaies, vient d'investir 1,5 milliard de dollars en bitcoins.

Les géants du numérique comme Google et Apple, dont la trésorerie est pleine à craquer, investissent sans compter en Bourse, mais Tesla se démarque en mettant un pied dans le monde volatil des cryptomonnaies.

Tous les investisseurs n'apprécient pas les expérimentations d'Elon Musk: depuis que Tesla a acheté des bitcoins, l'action du groupe a nettement baissé. Cela «leur a coûté plus de 60 milliards de capitalisations boursières», résume un investisseur du marché des cryptomonnaies.

Quand les prix avaient commencé à grimper fin 2020, les partisans des cryptomonnaies se félicitaient de voir la hausse soutenue par des investisseurs professionnels, et non par des particuliers comme en 2017, où les prix s'étaient envolés avant de s'écraser début 2018.

De nombreux acteurs attendent donc une correction plus ou moins brutale des prix, sans pour autant renoncer aux cryptomonnaies.

«Comme lors de la bulle internet, énormément de nouveaux produits liés au bitcoin s'arrêteront, mais d'autres, ceux qui seront le mieux capitalisés, qui auront le plus de solidité, vont rester», estime Alexandre Baradez.

Dans la même catégorie