/news/coronavirus

Début de la vaccination dans les RPA

La région de la Mauricie-Centre-du-Québec a reçu le plus gros arrivage de vaccins contre la COVID-19 depuis décembre. Les 5800 nouvelles doses de Pfizer permettront donc de poursuivre la vaccination.

Dès vendredi, on commencera à vacciner le troisième groupe prioritaire établi par Québec. Ce sont 4250 doses qui seront administrées dans les résidences privées pour aînés. En Mauricie et au Centre-du-Québec, 12 500 personnes âgées vivent dans les 178 RPA.

• À lire aussi: Du criblage des tests COVID en Estrie dès la semaine prochaine

• À lire aussi: Report de la deuxième dose de vaccin: pari réussi pour le Québec

• À lire aussi: Bientôt le début de la campagne de vaccination massive au Saguenay–Lac-Saint-Jean

À la résidence Lokia Trois-Rivières, 30% des résidents avaient des appréhensions face au vaccin contre la COVID-19. La moyenne d’âge dans la résidence est de 85 ans. La direction a organisé une rencontre d'information avec un pharmacien et une infirmière du CIUSSS pour écouter, échanger et répondre aux questions des aînés.

«On a répondu aux questions tout simplement. L’objectif n’était pas de vendre l’idée de se faire vacciner de façon obligatoire, mais plutôt d’essayer de les éclairer et de discuter des idées préconçues», a expliqué Guy Pagé, directeur de la résidence Lokia.

Dans de nombreuses résidences privées, tout est prêt. Les résidents ont déjà rempli les formulaires et il ne reste plus qu'à recevoir l'appel du CIUSSS. La vaccination reprendra aussi vendredi dans les différents sites de vaccination. Mille doses sont destinées aux travailleurs de la santé.

Un groupe se sent laissé pour compte

Les adultes vivant avec une trisomie 21 figurent au huitième rang pour la vaccination. Une pétition circule pour qu'ils soient considérés comme groupe prioritaire, puisque des études révèlent qu'ils sont quatre fois plus à risque d'être hospitalisés s'ils contractent la COVID-19 et dix fois plus à risque d'en décéder.

«Ce qui est difficile pour les familles, c’est de voir que dans d’autres pays par exemple en Angleterre, en France, en Belgique... ils ont favorisé la vaccination des personnes ayant la trisomie 21», a commenté Geneviève Labrecque du Regroupement pour la Trisomie 21.

Jeudi soir, la pétition avait été signée par plus de 2300 personnes. La demande a aussi été adressée au ministre de la Santé et au directeur de la santé publique, Dr Horacio Arruda, en janvier dernier.

Dans la même catégorie