/finance/homepage

Informations compromises: l’Agence du revenu du Canada forcée de verrouiller des comptes

CHRIS ROUSSAKIS/QMI Agency

L’Agence du revenu du Canada (ARC) a récemment verrouillé plusieurs comptes de citoyens après avoir constaté que des informations pourraient avoir été compromises, comme leur nom d’utilisateur et leur mot de passe. 

Le 16 février, plusieurs contribuables — l’ARC refuse de fournir un chiffre — ont reçu un avis les informant que leur adresse courriel avait été retirée de leur dossier en ligne. Depuis, il n’est plus possible pour ces personnes de se connecter à leur compte, alors que la période des impôts est à nos portes. 

L’ARC assure ne pas avoir été victime d’une nouvelle cyberattaque.  

Rappelons qu’entre juillet et août, l’Agence avait dû faire face à plusieurs attaques informatiques. Les renseignements personnels d’environ 48 500 personnes pourraient avoir été compromis lors de ces incidents. Depuis, l’organisation dit avoir resserré ses mesures de sécurité. 

L’ARC affirme avoir verrouillé, cette fois-ci, les comptes touchés, «par mesure préventive». C’est après une «analyse interne» que l'organisation aurait découvert que certains renseignements de sécurité «pourraient avoir été compromis et mis à la disposition de personnes non autorisées».  

«Ces justificatifs (ID utilisateur et mots de passe) n’ont pas été compromis en raison d’un manquement dans les systèmes de l’Agence. Ils ont plutôt été obtenus par divers moyens par des sources externes à l’Agence», a répondu dans un courriel une porte-parole, sans fournir plus de détails sur les moyens en question.  

L’information à l’intérieur même des comptes visés n’aurait toutefois pas été compromise, assure le fisc. 

L’ARC dit communiquer actuellement avec tous les titulaires des comptes touchés dans le but de les déverrouiller. Pour certaines personnes, cette situation pourrait avoir des impacts sur le versement des prestations canadiennes d'urgence. 

«Les contribuables ne sont pas tenus de communiquer avec nous de façon urgente, sauf s’ils sont des demandeurs de prestations d’urgence et s’ils ont des demandes actives dans notre système», note l’organisation. 

Une personne victime de cette situation a mentionné au Journal avoir attendu durant plusieurs heures au téléphone afin de parler avec un responsable à l’ARC concernant son dossier, mais en vain.  

L’Agence invite les Canadiens à surveiller leurs comptes pour déceler toute activité suspecte.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.