/news/society

Inondations : un «C» pour Montréal pour son niveau de préparation

ELSA ISKANDER/24 HEURES/AGENCE QMI

À la suite des inondations dévastatrices de 2017 et de 2019, Montréal est vulnérable face à d’autres crues et obtient même une note moins bonne qu’il y a six ans pour son niveau de préparation.

• À lire aussi: Plus de 85 millions $ pour protéger les berges montréalaises

• À lire aussi: Inondations subites: demande de recours collectif contre l'arrondissement de Saint-Léonard

Selon l'Intact Centre on Climate Adaptation de l’Université de Waterloo, en Ontario, la métropole québécoise avait obtenu la cote «B-» en 2015 pour son niveau de préparation aux inondations. Deux inondations majeures plus tard, elle obtient la note de «C».

La Ville de Québec, pour sa part, récolte une note de «C+», améliorant sa cote comparativement à 2015 où on lui avait donné un «C-».

Montréal fait bonne figure au niveau de l’évaluation du drainage urbain, de l’évaluation des risques d’inondation et dans la planification de l’utilisation du territoire. Sa performance est toutefois moins reluisante au chapitre de la gestion des urgences, de la santé et de la sécurité publique, de l’atténuation des risques pour les infrastructures critiques et de l’atténuation des risques pour les propriétés résidentielles.

À Québec, les meilleures notes vont à l’évaluation des risques d’inondation, à la planification de l’utilisation du territoire et à l’évaluation du drainage urbain. Il y a par contre des améliorations à faire du côté de la gestion des urgences, de la santé et de la sécurité publique ainsi que de l’atténuation des risques pour les propriétés résidentielles.

L’administration de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a indiqué qu’elle va «prendre connaissance du rapport dans les plus brefs délais», par l’entremise de Geneviève Jutras, attachée de presse principale.

«Les résultats s’expliquent possiblement parce que les données relatives aux inondations de 2019 n’ont pas été incluses dans l’étude, a-t-elle poursuivi. Or, la Sécurité civile a fait la démonstration, en 2019, de sa capacité et rapidité d’intervention, au bon endroit et au bon moment. Son bilan 2019 en témoigne. Bien entendu, il y a toujours place à l'amélioration et nos équipes sont dédiées à continuer de trouver les meilleures solutions pour limiter le plus possible les effets des inondations sur nos citoyennes et citoyens.»

Au moment d’écrire ces lignes, jeudi après-midi l’Agence QMI n’avait pas obtenu de réaction de la part de l’administration du maire de Québec, Régis Labeaume.

La note moyenne des 16 grandes villes étudiées, «C+», n’a pas changé entre les classements de 2015 et de 2019-2020.

Parmi les villes qui font mieux que Montréal dans le plus récent palmarès, signalons Toronto, Edmonton et Régina qui obtiennent un B+, devant Ottawa, Calgary et Frédéricton ayant un B-.

En revanche, d’autres villes ont droit à des notes encore moins étincelantes, soit Charlottetown (D+) ainsi que Yellowknife et Winnipeg (D).

Dans la même catégorie