/news/politics

Ottawa talonné sur le «génocide» ouïghour en Chine

La question du «génocide» ouïghour continue de suivre le gouvernement Trudeau alors que les conservateurs, qui réclament une ligne plus dure contre la Chine, ont une nouvelle fois ramené le débat à la Chambre des communes jeudi.

Le Parti conservateur a déposé en matinée une motion demandant qu’Ottawa «reconnaisse qu’un génocide est actuellement perpétré par la République populaire de Chine contre les Ouïgours et d’autres musulmans turciques et demande au gouvernement d’adopter officiellement cette position».

• À lire aussi: La chaîne BBC World News est suspendue en Chine

• À lire aussi: Les conservateurs demandent à Trudeau de reconnaître le «génocide» ouïghour en Chine

• À lire aussi: Ouïghours: la Chine ratifie un traité d’extradition avec la Turquie

Le dépôt de la motion a entraîné un débat qui a duré une bonne part de l’après-midi en Chambre, et même si l’ensemble des députés libéraux ont reconnu que la situation en Chine était pour le moins «préoccupante», ils ont convenu qu’il était trop tôt pour accuser l’État chinois d’être responsable d’un «génocide».

Le ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau, a dû se défendre à plus d’une reprise sur ce sujet au courant de la semaine. Celui-ci avait d’ailleurs lancé lundi dernier une déclaration commune avec 58 autres pays dénonçant la «détention arbitraire entre États», une manœuvre à peine voilée visant à mettre de la pression sur la Chine pour qu’elle relâche les Canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor, détenus depuis 2018.

Mardi dernier, Justin Trudeau a annoncé que le Canada était en consultation avec «d’autres pays» de la communauté internationale pour savoir si la situation qui a lieu dans la région du Xinjiang, dans l’ouest de la Chine, pourrait effectivement être considérée comme un «génocide».

«Il ne fait aucun doute que d’énormes violations des droits de l’homme ont été signalées dans le Xinjiang», avait-il déclaré.

Or, le jour même, un député libéral d’expérience et président du comité permanent des finances, Wayne Easter, a suggéré qu’il était temps pour le Canada de «se réveiller» et de considérer la Chine comme une menace pour les démocraties occidentales.

Jeudi, le ministre Garneau a indiqué lors de la période de questions qu’un appel a été lancé au gouvernement chinois pour qu’il donne un accès «sans entraves à un groupe d’experts» pour examiner la situation.

Les États-Unis emploient le terme «génocide» sans ménagement. L’expression a d’abord été utilisée par l’ancien secrétaire d’État sous l’ex-président Donald Trump, Mike Pompeo, mais l’habitude s’est maintenue avec l’arrivée au pouvoir des démocrates le mois dernier.

Dans la même catégorie