/news/politics

Tramway: le maire Labeaume était fermé à tout changement, selon Legault

Contrairement à ce qu’affirme Régis Labeaume, le gouvernement a proposé «certains changements» au projet de tramway, «mais il n'y avait pas d'ouverture» de la part du maire, affirme François Legault, qui ouvre maintenant la porte à une révision du budget. 

• À lire aussi: Tramway: la CAQ n’a rien proposé, affirme Labeaume

• À lire aussi: Le tramway dans l’impasse: le gouvernement Legault proposera son propre tracé

• À lire aussi: Les gens de Québec veulent le tramway

«Régis Labeaume n'est [...] ouvert à aucun changement», a résumé le premier ministre, lors d’un point de presse à l’Assemblée nationale jeudi matin.  

Tel que révélé par notre Bureau parlementaire hier, le gouvernement travaille désormais sur sa propre version du tracé du projet de tramway.  

Devant les journalistes, le premier ministre a répété que l’objectif est de «bonifier le projet pour mieux desservir les banlieues».  

La desserte adéquate des banlieues est l’une des trois conditions imposées par la CAQ pour appuyer le projet, comme l’interconnexion avec la Rive-Sud et le respect du budget global de 3,3 G$. 

Vers une révision du budget?   

Or, François Legault n’a pas exclu, jeudi, de revoir ce dernier critère.  

«Idéalement, on voudrait respecter l'enveloppe budgétaire», a-t-il indiqué, mais différentes évaluations seront étudiées en fonction des modifications apportées.  

«Ça prend un projet qui répond aux besoins de l'ensemble des citoyens de la capitale nationale», a soutenu le premier ministre.  

Faudra-t-il procéder à de nouvelles audiences du BAPE? «Faut voir s'il y aura une grosse différence» par rapport à la dernière mouture du projet, a laissé planer M. Legault. 

Troisième lien   

N’eût été de l’impasse dans laquelle se trouvent les négociations avec la Ville de Québec, les détails d’un autre grand projet, celui du troisième lien, seraient déjà connus, a également laissé entendre M. Legault.  

«Ce qui nous empêche actuellement de présenter le tunnel Québec-Lévis, c'est la finalisation du tramway puis du réseau structurant à Québec», a dit le premier ministre.  

Le premier ministre a une fois de plus refusé de préciser quels secteurs de la Ville devraient être mieux desservis par le réseau structurant.

«Moi, je viens de Montréal, a-t-il rappelé. [...] Il y a beaucoup de possibilités. Il y a des coûts différents selon les scénarios pour desservir mieux les banlieues. J'aimerais mieux que vous posiez vos questions à François Bonnardel.» 

«Le canal de communication avec la Ville de Québec est ouvert, [il] n'est pas fermé», a plus tard assuré le ministre des Transports lors de la période des questions au Salon bleu. 

Le PLQ dénonce l’approche de la CAQ   

Alors qu’à Montréal, la CAQ est en train de «tout promettre» avec le REM (Réseau express métropolitain), à Québec, le gouvernement Legault opte pour une approche «paternaliste et infantilisante» dans le dossier du tramway, a déploré en début de journée la cheffe libérale Dominique Anglade.  

«C'est sidérant de voir le contraste, a déclaré Mme Anglade. [...] On dit aux gens de Québec: "Un, vous ne connaissez pas vraiment vos banlieues", deux, en plus, on vous dit: "Voici quel devrait être le tracé". C'est infantilisant.» 

Le leader parlementaire de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois a accusé la CAQ de jouer la carte de l’arrogance. 

«Au lieu de dessiner des lignes sur une carte, le rôle du gouvernement du Québec, c'est de mettre l'argent sur la table et de donner le go à un projet qui est réclamé depuis des années par toute la région», a-t-il commenté. 

Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a repris une expression bien de chez lui pour qualifier l’attitude du gouvernement à l’égard du maire Labeaume. 

«M. Legault joue le grand talent. [...] Un grand talent. C'est quelqu'un qui ne se mêle pas de ses affaires», a-t-il expliqué. 

«Que M. Legault, que Mme Guilbault, que toute l'équipe des députés de la CAQ cesse de jouer les grands talents à la capitale nationale», a martelé M. Gaudreault.