/regional/montreal/montreal

Archidiocèse de Montréal: des groupes de victimes doutent du processus de vérification

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Des groupes de victimes remettent en question l’indépendance du processus lancé cette semaine par l’Archidiocèse de Montréal afin de recenser les cas d’abus sexuels au sein de l’institution.

Le Comité des victimes de prêtres se demande notamment pourquoi c’est le juge à la retraite André Denis qui a été retenu par l’archidiocèse pour rédiger ce rapport.

Ce dernier a fait mauvaise impression à plusieurs victimes, alors qu’en 1994, il avait statué en défaveur des orphelins de Duplessis, qui ont subi des sévices de la part de membres de communautés religieuses durant les années 30, 40 et 50.

Le juge Denis, qui siégeait à l’époque à la Cour supérieure, avait tranché que les dossiers de centaines d’orphelins étaient trop complexes pour faire l’objet de poursuites criminelles, entre autres parce qu’il y avait prescription.

«Parmi les survivants, il y en a qui m’ont dit que ce n’était peut-être par le juge le plus approprié pour mener ces travaux», a fait part Carlo Tarini du Comité des victimes de prêtres.

M. Tarini a rappelé que l’ex-juge Denis a été nommé par Mgr Christian Lépine en décembre dernier pour remplacer l’ancienne magistrate Anne-Marie Trahan, qui devait produire ce rapport, mais qui est décédée prématurément en 2019.

Or, Mme Trahan était une catholique notoire, chancelière de la branche canadienne de l’Ordre de Malte.

«Venant de la part de gens qui disent vouloir ouvrir les livres, ça sent mauvais», a laissé tomber M. Tarini en référence à ces deux nominations.

Enquête publique demandée

Lucien Landy, qui est président du Comité des orphelins de Duplessis, ne doute pas pour sa part de la compétence d’André Denis, mais estime que le mandat qui lui a été confié est beaucoup trop restreint.

L’Archidiocèse l'a chargé d’examiner tous les dossiers de personnes qui ont fait partie de l’institution depuis 1940. Cela comprend les diocèses de Montréal, de Saint-Jean-Longueuil, de Valleyfield, de Saint-Jérôme, de Joliette, mais pas les communautés religieuses qui gravitent autour d’eux.

«C’est sûr que pour les plaintes qui étaient adressées aux communautés religieuses, le diocèse de Montréal était complice, même si ce ne sont pas des prêtres qui ont abusé. Les enfants allaient se confesser et l’archevêché sous le cardinal Léger leur demandait de se taire», a soutenu Lucien Landry.

Il interpelle Québec pour qu’une vaste enquête publique soit déclenchée afin de faire la lumière sur ces histoires qui plombent l’Église depuis des années.

Carlo Tarini est du même avis, doutant que le rapport de l’ex-juge Denis puisse être entièrement transparent.

«Quand un policier commet un crime, ce n’est pas le même service de police qui mène l’enquête. Alors pourquoi ce serait différent avec l’Église?», a-t-il poursuivi, accusant l’Archidiocèse de Montréal de ne pas avoir consulté les victimes avant de lancer le processus.

Mgr Lépine sur la défensive

En entrevue avec l’Agence QMI, l’archevêque de Montréal a défendu l’indépendance des travaux dirigés par l’ex-juge Denis.

«Nous avons une grande confiance en lui, dans son parcours», a insisté Mgr Christian Lépine, qui jure qu’il ne savait pas que l’ancien magistrat avait joué un rôle central dans la cause des orphelins de Duplessis.

L’équipe qu’il a mise en place devrait avoir terminé de vérifier tous les dossiers d’ici le printemps et rendra son audit à l’automne. La priorité est de s’assurer qu’aucun membre toujours actif dans l’archidiocèse, qu’il soit religieux ou laïc, n’ait déjà été visé par des allégations d’abus sexuels dans le passé.

En pareil cas, les personnes soupçonnées d’abus seront suspendues, promet Mgr Légine.

Les associations de victimes souhaitent en plus que l’on rende publics les noms de prêtres décédés sur qui des éléments troublants auront été découverts, mais l’archidiocèse ne s’engage à rien.

«Pour ce qui est de la divulgation de noms, c’est très sensible et c’est difficile de s’engager dans un sens ou dans l’autre», a estimé Mgr Lépine.

Dans la même catégorie