/news/coronavirus

Confinement: la ministre Charest comprend l’impatience des sportifs

GEN-Conf�rence de presse concernant la s�curit� dans le sport au Qu�bec

Photo d’archives, Agence QMI

Si François Legault n’était pas présent, son bras droit Geneviève Guilbault et la ministre déléguée à l’Éducation Isabelle Charest ont tenu une rencontre virtuelle avec l’étudiant de 5e secondaire du Séminaire Saint-François qui a écrit une lettre au premier ministre, mercredi, pour signifier l’écœurantite aiguë des étudiants-athlètes concernant l’arrêt du sport.

« Je suis déçu un peu que le premier ministre Legault n’était pas présent parce que je voulais vraiment lui parler, mais la présence de Mme Guilbeault qui est la vice-première ministre et la députée de mon comté a fait mon affaire, a raconté Isaac Pépin qui évolue comme demi défensif avec le Blizzard. J’avais l’impression que le sport ne comptait pas pour le gouvernement, mais les propos de Mme Guilbault m’ont fait changer d’idée. J’ai appris des choses au cours de notre rencontre. »

Si elle comprend l’impatience des jeunes et leur désir de reprendre leur sport le plus rapidement possible, Mme Charest voulait rassurer son interlocuteur que le gouvernement n’oublie pas les jeunes sportifs. « Je voulais lui réitérer le message qu’on travaille fort pour tenter de trouver des allègements, a-t-elle indiqué dans un entretien en fin de journée. On souhaite que les jeunes retrouvent une façon de s’activer plus motivante. Je suis consciente que la situation est difficile et qu’il reste encore un bout difficile, mais je lui ai parlé comment il pourrait trouver une façon de s’entraîner. À partir du 26 février, les jeunes pourront s’entraîner à huit à l’extérieur tout en respectant les règles sanitaires. À huit, tu peux faire un pas pire entraînement. »

« Je lui ai demandé de se concentrer à développer les aspects nécessaires (vitesse, puissance, impulsion) à sa position afin d’être prêt quand le sport va repartir, de poursuivre la ministre déléguée à l’Éducation. C’est la même chose si tu te casses une jambe, tu vas entraîner ton haut du corps. Dans cette période difficile, il faut décortiquer le sport, se lancer des défis et se réinventer afin de trouver la motivation nécessaire. »

Avant et après le sport

Le sport occupe-t-il toute la place nécessaire à la table du conseil des ministres ? 

« Quel serait l’intérêt du gouvernement de limiter le sport sauf pour freiner la propagation du virus, a questionné la ministre. Poser la question, c’est y répondre. Tout le monde est conscient au gouvernement de l’importance du sport. Le sport ne reprend pas en raison des risques et non parce que le lobby n’est pas assez fort ou parce qu’il n’y a pas de pression des milieux sportifs. Les jeunes respectent les règles pendant leur sport et l’activité sportive n’est pas problématique même si on ne peut pas nier qu’il y a des risques, mais la problématique se situe avant et après le sport. On doit limiter les contacts. »

L’ancienne patineuse de vitesse courte piste se dit impressionnée par les démarches de Pépin. « C’est impressionnant ce qu’il fait, a-t-elle louangé. Ça prend du guts pour faire ce qu’il fait. Après notre rencontre, il avait un grand sourire et était optimiste. Isaac est un leader et je lui ai demandé de se concentrer sur le positif. Dans son groupe, il peut lancer des défis à ses amis. »