/regional/outaouais

Gatineau porte en appel un jugement contre deux de ses policiers

Photo d'archives

La Ville de Gatineau va porter en appel le jugement du Tribunal des droits de la personne qui avait condamné deux de ses policiers pour profilage racial, une décision qui déçoit le Conseil local de la communauté noire.

L’administration municipale gatinoise considère que la juge Magali Lewis a enfreint deux règles de droit dans sa décision rendue le 13 janvier dernier, soit dans l’analyse des faits et par rapport aux délais depuis la date de l’incident survenu en décembre 2013.

«Nous ne tolérons aucune forme de profilage racial, mais nous souhaitons clarifier les faits, car cette décision fait jurisprudence», a indiqué le maire Maxime Pedneaud-Jobin, tout en précisant que les services policiers avaient tout de même mis en œuvre les recommandations de la juge Lewis.

«Il faut établir des balises claires en ce qui a trait aux interventions policières», a renchéri la directrice des services juridiques de la Ville de Gatineau, Marlène Painchaud.

Déception et inquiétude

Le Conseil de la communauté noire de Gatineau s’est dit déçu et inquiet de la décision de la Ville de porter la cause en appel, car elle pourrait lancer un mauvais message à la population.

«Certains pourraient se questionner quant à la nécessité de dénoncer de tels gestes et ainsi créer un sentiment de fausse confiance», a fait valoir sa présidente, Aichatou Touré.

Le jugement du Tribunal des droits de la personne avait imposé à la Ville de Gatineau et à deux de ses policiers de verser 18 000 $ à un citoyen, Serge Calza Nyembwe, arrêté par erreur le 27 décembre 2013 en lien avec une affaire de violence conjugale.