/news/coronavirus

La majorité des cinémas du Québec vont rouvrir le 26 février

Quebec

Photo Stevens LeBlanc

Malgré l’interdiction de vendre du popcorn, la majorité des cinémas au Québec ouvriront leurs salles pour le début de la semaine de relâche, vendredi prochain. 

• À lire aussi: Sans popcorn, les cinémas Guzzo resteront fermés

• À lire aussi: «Peut-être que le popcorn, [Guzzo] le vend trop cher!», dit Pierre Fitzgibbon

C’est l’Association des propriétaires de cinémas du Québec (APCQ) qui en a fait l’annonce vendredi en fin d’après-midi. Joint par Le Journal, le coprésident de l’APCQ, Éric Bouchard, a précisé que sur la centaine de cinémas répartis à travers la province, plus d’une soixantaine avaient déjà pris la décision d’ouvrir le 26 février.

Vincent Guzzo, qui ne fait pas partie de l’APCQ, a répété pour sa part hier qu’il n’ouvrirait pas ses salles s’il ne peut pas opérer les comptoirs alimentaires de ses complexes. Du côté de Cineplex, la plus grande chaine de cinémas au pays, aucune décision n’avait encore été prise hier.

«On est conscients qu’avec l’interdiction de vendre de la nourriture dans nos cinémas, les prochaines semaines vont être difficiles sur le plan financier mais on est contents d’ouvrir et on est contents que le gouvernement nous a écouté, a souligné hier Éric Bouchard.

«Je pense que quand le gouvernement a autorisé la réouverture des cinémas sans les comptoirs alimentaires, les impacts réels d’une telle décision n’ont pas été mesurés. Mais ils ont reconnu par la suite que sans la vente de nourriture, on va avoir un manque à gagner important. Ils nous ont montré leur bonne foi alors on s’est dit : on va ouvrir nos cinémas et on se reparlera plus tard.»

Les cinémas qui ouvriront leurs portes le 26 février n’auront pas de compensation financière spécifique pour l’interdiction de vendre de la nourriture. Ils seront plutôt éligibles au programme d’Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM) qui leur permettra de continuer de recevoir un prêt pardon de 15 000 $ par mois. Ce programme a été conçu pour les entreprises qui sont fermées à cause de la pandémie mais les cinémas pourront continuer à y avoir accès tant que leurs concessions alimentaires resteront fermées.

Le gouvernement Legault avait provoqué un tollé mardi passé en annonçant que tous les cinémas de la province pourraient rouvrir leurs salles aux cinéphiles à compter du 26 février mais qu’ils n’auraient pas le droit d’opérer leurs comptoirs alimentaires pour l’instant. Certains exploitants de salles, dont Vincent Guzzo, se sont fortement opposés à cette décision, arguant qu’ils allaient devoir fonctionner à perte s’ils ne peuvent pas vendre de popcorn et d’autres friandises. Selon l’APCQ, la vente de nourriture représente de 50 % à 80 % des revenus des cinémas.

Dans la même catégorie