/finance/homepage

Le MTT-154 est en train de tracer son chemin

Un moyen de transport électrique conçu au Saguenay intéresse de plus en plus de pays et même l'armée américaine.

«Ils nous ont approchés pour des exercices de sauvetage», a dit à TVA Nouvelles le concepteur du MTT-154, Yvon Martel, vendredi.

• À lire aussi: Voici le prix moyen des condos à proximité de chaque station du métro de Montréal

• À lire aussi: Se réinventer: des emplois payants disponibles

L'homme développe son projet depuis neuf ans. Le véhicule est une chenillette entièrement propulsée par une batterie au lithium. Un module est monoplace, mais le design permet un assemblage pouvant transporter 10 personnes.

L'appareil est maniable en toute saison. Une manette permet de diriger le véhicule et un treuil d'une capacité de 3500 livres est aussi intégré.

«On peut aller sur la neige, dans la boue, dans des sentiers cahoteux, a expliqué le dirigeant de Martel Transportation Technology (MTT). Le centre de gravité est tellement bas qu'il assure la stabilité du véhicule.»

«La batterie nous donne une autonomie de 30 kilomètres», a précisé Michael Martel, responsable de l'ingénierie et du développement de MTT.

«Le rangement est tellement étanche qu'il conserve la chaleur de la batterie, ce qui préserve son autonomie», a-t-il ajouté.

Le concepteur s'est muni de tous les brevets nécessaires. Ses vidéos diffusées sur YouTube ont attiré l'attention.

«On a été invités pour des exercices militaires», a relaté Yvon Martel. La Norvège nous a appelés pour du sauvetage en montagne, puisque dans les régions montagneuses, les motoneiges sont interdites parce qu'elles peuvent provoquer des avalanches.»

«L'Allemagne nous a approchés pour l'inspection de tunnels ou de centrales électriques. La Sépaq nous a aussi demandé des véhicules», a-t-il détaillé.

La pandémie de COVID-19 a ralenti Yvon Martel et ses partenaires. Ils aimeraient maintenant entreprendre la production industrielle le plus tôt possible.

«On va commencer par 10, 15..., mais on vise de 1000 à 1500 unités par année», a dit M. Martel. «L'assemblage par module est assez simple qu'il ne demande pas une usine avec des équipements de levage ou des ponts roulants. C'est un beau défi que d'embaucher de la main-d'oeuvre.»

MTT voit grand, et voit loin, convaincu que son véhicule écologique s'inscrit parfaitement dans l'ère du temps.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.