/news/coronavirus

«Peut-être que le popcorn, [Guzzo] le vend trop cher!», dit Pierre Fitzgibbon

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Questionné par Pierre Nantel sur QUB radio à savoir si Vincent Guzzo est «chialeux» et en «demande trop», le ministre de l’Économie et de l'Innovation avait une réponse toute simple vendredi matin: «oui, et peut-être que le popcorn, il le vend trop cher»!

• À lire aussi: Sans popcorn, les cinémas Guzzo resteront fermés

• À lire aussi: Québec va compenser les cinémas

• À lire aussi: «Ouvrez nous avec les mêmes conditions qu'avant»

Pierre Fitzgibbon a précisé qu’il désire aider les entreprises, mais ne vous y méprenez pas, «un programme popcorn, ça n’arrivera pas».

«Ce serait un peu ridicule», a ajouté le ministre.

Loin de banaliser la situation, il explique que les cinémas auront droit à la même aide que les hôtels, dont la partie restauration peut bénéficier du programme d’Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM).

La portion restauration des cinémas ouverts sera traitée «comme une entreprise dans une entreprise», a illustré le ministre.

Vincent Guzzo réplique

Vincent Guzzo n'a pas été particulièrement irrité par les propos du ministre de l'Économie et de l'Innovation.

«Je le respecte pour sa loyauté [envers François Legault], je ne pense pas qu’il ait été vraiment méchant envers moi», a-t-il avoué au microphone de Sophie Durocher sur QUB radio.

Le propriétaire de cinémas ajoute qu’il n’a «rien demandé au gouvernement», parlant du «programme popcorn» proposé par François Legault jeudi en conférence de presse. Selon lui, Pierre Fitzgibbon hérite simplement d’une «idée de son boss».

Dans la même catégorie