/finance/consumer

Riches retraités, n’attendez pas pour gâter vos petits-enfants

By right of succession

Illustration Adobe Stock

Depuis plusieurs années déjà, on nous annonce le plus grand transfert de richesse entre générations ! Des maisons, des terrains, des actions, des assurances vie... En veux-tu ? En v’là ! On parle de centaines de milliards de dollars !

Le mouvement semble déjà bien engagé, mais ceux à qui profiteraient le plus ces héritages, les jeunes générations, devront attendre leur tour. Parce que là, ce sont les boomers et les X qui ramassent.  

Que feront tous ces « vieux » de ce patrimoine tombé du ciel ? Eh bien, mes amis, ils vont faire vivre l’industrie de la rénovation et des piscines en attendant de relancer le secteur du tourisme ! Autrement dit, tout cet argent ira engraisser le budget discrétionnaire de personnes dont la maison est payée et l’indépendance financière, en voie d’être assurée.  

Je sais, c’est variable d’un individu à l’autre et il s’en trouve qui, encore à 60 ans, comptent sur une succession pour les sauver d’une situation financière désespérée. Mais sinon, à quoi peut bien servir un héritage lorsqu’on approche la retraite, à part se payer une voiture neuve ou remplacer une télévision de 42 pouces par une autre de 65 pouces ?

Saut de génération 

Je n’ai rien contre l’idée de se faire plaisir, comprenez-moi bien, mais il me semble que cet argent serait plus utile dans les poches de jeunes qui peinent à se payer une maison. 

Ça ne le protège en rien de la dilapidation, mais entre les mains d’un jeune, un héritage me semble receler un meilleur potentiel. Ne pensez-vous pas qu’il a plus de chances d’enrichir son propriétaire que s’il avait 50 ou 60 ans ?

Ça dépend toujours du caractère de l’héritier, bien sûr. Tout de même, entre deux personnes raisonnables de deux générations différentes, c’est généralement le cadet qui verra son existence le plus améliorée par l’arrivée d’une fortune. 

Un jeune a plus de besoins. Il dispose d’un horizon de placement de 50 ans et plus. Sa jeunesse le prédispose à prendre plus de risques, en investissement comme en affaires. J’oserais jusque’à dire que ses voyages en sac à dos seront toujours plus déterminants sur sa vie que les croisières qu’il s’offrira dans 40 ans...

Enrichissement familial 

Si s’imposait la coutume de favoriser les petits-enfants plutôt que les enfants sur nos testaments, ça ne priverait personne de son héritage, sauf qu’on le toucherait à un moment plus opportun. 

Recevoir une maison, un terrain, des placements ou le capital d’une assurance vie alors qu’on lance sa carrière et fonde sa famille, voilà qui est susceptible d’atténuer le stress et d’accélérer l’atteinte de l’indépendance financière. 

Appliquée de génération en génération, cette approche ne fera pas forcément de vos descendants des Rothschild, mais elle peut enrichir la famille.  

À savoir  

-Si on craint un manque de maturité des jeunes héritiers, on peut prévoir des dispositions pour retarder le moment où ils toucheront leur héritage. En précisant l’âge où ils pourront toucher l’argent, par exemple.  

-On peut entre-temps autoriser un accès limité aux fonds pour des usages particuliers, comme des études, la mise de fonds sur une maison, ou un voyage. Les conseils d’un notaire sont fortement recommandés.  

-Au Canada, on peut désigner qui on veut comme héritiers. En France, par exemple, une portion du patrimoine revient d’office aux descendants directs, les enfants du défunt.