/regional/sherbrooke/estrie

De nombreux obstacles sur le chemin de la connexion

Joël Lemay / Agence QMI

Même après avoir obtenu des subventions, les municipalités qui veulent assurer une bonne connexion à leurs citoyens doivent se démener pour y arriver.

La MRC Brome-Missisquoi a pu obtenir 20,5 millions $ en subventions de la part de Québec et d’Ottawa, en 2018, pour offrir le service internet haut débit sur un territoire de 1800 km, mais a dû mettre des efforts additionnels pour arriver au résultat souhaité.

« L’enfer »

En raison des 30 000 poteaux requis pour acheminer la technologie filaire partout sur son territoire, la MRC devait fréquemment obtenir les autorisations de Bell et d’Hydro-Québec.

Un problème pouvait donc retarder les travaux de plusieurs mois.

« La première année et demie, ç’a vraiment été l’enfer pour obtenir les autorisations [...]. Toutes les raisons étaient bonnes pour retarder l’émission des permis », a indiqué le directeur général de la MRC Brome-Missisquoi, Robert Desmarais.

PHOTO COURTOISIE/Robert Desmarais

« À la vitesse qu’on avançait avant ça, le projet n’aurait pas pris 13 mois, ça aurait pris trois ans », a-t-il affirmé.

Depuis l’été 2020, un nouveau mécanisme mis en place, réunissant les différents intervenants au dossier, a permis d’accélérer le volet administratif.

La MRC prévoit qu’en ce début d’année, tous les citoyens pourront compter sur internet haute vitesse sur son territoire. Quelque 7000 résidences et 1000 entreprises n’avaient pas accès à un réseau internet de qualité à la fin de 2020.

« Ça va faire une grosse différence, parce qu’on a beaucoup de gens qui demeurent chez nous, mais qui travaillent à Montréal, a rappelé M. Desmarais. Plusieurs personnes ne peuvent même pas être en télétravail à cause d’internet présentement. »