/news/culture

«Nose»: bienvenue chez Dior!

Le fascinant documentaire «Nose» s’intéresse à François Demachy, nez chez Dior. 

Qu’est-ce qu’un «nez»? demanderez-vous. C’est la personne qui crée les parfums pour une maison, un parfumeur, un «Nose» (oui, le titre est en anglais).

Mais au-delà du métier de créateur, il y a aussi celui de «chercheur», de «trouveur» d’odeurs. Alors, François Demachy parcourt le monde. On le voit sentir pour la première fois les fleurs de patchouli, se promener à Grasse, au Japon ou au Sri Lanka.

Les 71 minutes de ce long métrage qu’Arthur de Kersauson (fils du navigateur) et Clément Beauvais ont mis deux ans à tourner nous entraînent dans un monde mystérieux, car incommunicable en images: celui des odeurs.

Les fleurs, les matériaux (comme le métal d’un sabre), les épices et l’ambre (dont on apprend l’origine animale, surprenante) sont autant d’outils de travail de François Demachy – une Japonaise lui dira d’ailleurs que son nez est «high tech»! Homme discret, il explique que le parfum est une émotion et qu’une senteur parle forcément de désir.

Mais on ne s’arrête pas là. Les cinéastes nous entraînent aux sources, chez les cultivateurs qui font pousser les fleurs. Là, au milieu des roses et des fleurs d’oranger, Arthur de Kersauson et Clément Beauvais interviewent des professionnels qui nous apprennent combien il faut de fleurs pour faire quelques gouttes d’essence, combien il faut de temps pour faire pousser les plantes.

Sans cesse, le parfum est comparé à une symphonie. La trame sonore – qui comprend notamment «Papa Loves Mambo» - fait ressortir la correspondance entre ces deux arts. Car la parfumerie est un art et une philosophie que ce «Nose» rend fort aromatique et très complémentaire à l’exposition sur la haute couture de Christian Dior, actuellement proposée au Musée McCord de Montréal.

Note: 4 sur 5

«Nose» est disponible en vidéo sur demande dès le 22 février via les plates-formes numériques ITunes, Google Play, Amazon et Microsoft.