/news/coronavirus

Elle meurt après avoir reçu des poumons contaminés à la COVID-19

Doctor examining a lung radiography

Photo Fotolia

Une femme du Michigan ayant reçu une double transplantation des poumons l’automne dernier est décédée après avoir été contaminée par ses nouveaux organes qui étaient infectés par le coronavirus.

• À lire aussi: Après la COVID-19, des technologies vont surveiller la santé des employés sur les lieux de travail

• À lire aussi: Les États-Unis près du sombre cap des 500 000 morts

• À lire aussi: Un expert de Johns Hopkins prédit la fin de la pandémie

La donneuse, une femme du Midwest américain, est morte dans un accident de voiture. La receveuse était une femme atteinte de bronchopneumopathie chronique obstructive.

Malgré des tests de dépistage auprès de la donneuse, la présence du virus n’a jamais été détectée. La femme a finalement succombé à la maladie deux mois après l’importante opération qui devait sauver sa vie, rapporte NBC News.

La receveuse a commencé à faire de la fièvre trois jours après l’opération. Rapidement ont suivi les problèmes de pression sanguine et respiratoire. C’est après que son état se soit grandement détérioré que les médecins ont testé pour la COVID.

Selon les spécialistes du département de médecine de l’Université du Michigan, il s’agirait du premier cas de transmission du virus par un don d’organe.

Malgré tout, il semble que ce soit un cas isolé tandis que près de 40 000 transplantations ont eu lieu en 2020, apprend-on auprès de la chaîne américaine.

Les médecins plaident pour que des tests plus approfondis soient effectués lors des dons d’organe. On avance notamment la possibilité d’aller chercher des échantillons dans les poumons en plus des tests de dépistage dans la gorge et le nez. 

«Nous n’aurions absolument pas utilisé les poumons si nous avions eu un test positif à la COVID», a affirmé le Dr Daniel Kaul, directeur de la médecine à l’Université du Michigan.