/news/coronavirus

Encourager l’ouverture de terrasses chauffées?

Il faut «donner du lousse» aux activités extérieures et encourager les restaurants et les bars à installer des terrasses extérieures chauffées, croit l’épidémiologiste Nimâ Machouf. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Un expert de Johns Hopkins prédit la fin de la pandémie

«Les Japonais ont fait des études, la transmission à l’extérieur se fait 19 fois moins fréquemment que la transmission à l’intérieur. Donc laissons libre jeu à tous ceux qui veulent faire des activités à l’extérieur», lance Mme Machouf en entrevue au Québec Matin week-end. 

Les autorités sanitaires pourraient toujours exiger le port du masque lorsque la distanciation de deux mètres est difficile.  

L’ouverture de terrasses est un assouplissement qui pourrait aider le moral des gens et le portefeuille des commerçants tout en étant sécuritaire.

«On peut même encourager les restaurants à faire des terrasses extérieures chauffées, ça peut faire revitaliser les magasins, les restaurants, même les bars, si on se met à l’extérieur, à mon avis, ça peut être une activité qui se fait en toute sécurité», affirme l’épidémiologiste. 

Pas fini en avril   

Nimâ Machouf ne pense pas que la pandémie sera terminée en avril, contrairement à ce que prédit un professeur de l’Université Johns Hopkins. 

«Pour l’instant on n’est pas partis pour finir au mois d’avril, malheureusement. Et surtout avec l’arrivée des nouveaux variants on voit à chaque fois qu’il y a une éclosion quelle ampleur elle peut prendre, donc on n’est pas rendus à la fin de la pandémie déjà», dit-elle. 

L’épidémiologiste mentionne cependant que le Québec est «sur une très, très bonne pente descendante qu’il faut maintenir». 

Avec l’arrivée des variants, il devient plus important que jamais de détecter rapidement nouveaux cas. 

«Maintenant, l’important c’est non seulement de réduire le nombre de nouvelles infections, mais de détecter très, très rapidement tous les contacts de ces gens-là et de les isoler des autres», soutient-elle. 

Écoutez l’entrevue complète de l’épidémiologiste Nimâ Machouf dans la vidéo ci-dessus.