/news/coronavirus

Saguenay: cachés sous la terrasse pour éviter des amendes

Photo d'archives, Agence QMI

Après les garde-robes, les terrasses: à Saguenay, les policiers ont encore une fois fait face à des récalcitrants qui, rassemblés à l’encontre des mesures sanitaires, se cachent dans des endroits incongrus pour éviter – sans succès – des amendes, durant la fin de semaine.

• À lire aussi: Rassemblements illégaux: des fêtards (mal) cachés pour échapper à la police

Les notions de couvre-feu et d’interdiction de se rassembler semblent encore mal comprises par certains, si on en croit la nuit occupée qu’ont connu les patrouilleurs du Service de police de Saguenay entre samedi et dimanche.

Selon ce que rapporte le lieutenant Jean-Michel Bergeron, trois rassemblements privés distincts ont mené à la rédaction de 13 rapports d’infraction généraux et de quatre constats d’infraction portatifs, pour autant de contrevenants.

Parmi ces interventions, une plainte contre le bruit a amené les agents de police dans l’arrondissement de Chicoutimi, là où ils ont constaté que plusieurs personnes se trouvaient dans un domicile. Leur nombre n’a pas été précisé.

À la vue des policiers, elles se sont enfuies vers l’arrière pour finalement se réfugier dans le froid sous la terrasse extérieure «pas habillées, avec une seule chaussure dans les pieds». Elles ont été identifiées et recevront des amendes par la poste, a souligné M. Bergeron.

Toujours à Chicoutimi, les patrouilleurs se sont déplacés pour un rassemblement de sept étudiants.

Plus tôt dans la nuit, à Jonquière, un groupe d’individus leur avait donné du fil à retordre, alors qu’un propriétaire avait refusé de leur ouvrir la porte, même s’il y avait manifestement des gens à l’intérieur. Les policiers se sont dotés d’un télémandat afin de procéder aux vérifications d’usage.

Le 9 février, alors qu’ils répondaient à une dénonciation pour un rassemblement, des policiers avaient eu la surprise de découvrir quatre personnes cachées dans des garde-robes qui tentaient de se soustraire à leurs regards.

Une infraction pour non-respect des mesures sanitaires peut entraîner une amende allant de 1000 à 6000$.

Dans la même catégorie