/news/tele

«Star Académie»: l’heure de vérité pour Maëva, Olivier et Shayan

Le moment est crucial pour Maëva, Olivier et Shayan à «Star Académie». Déjà, les trois jeunes chanteurs doivent chèrement défendre leur place et faire vibrer le public s’ils veulent poursuivre l’aventure. Lequel des trois sera sauvé? La réponse lors du variété présenté dès 19 h, à TVA.

D’ici là, brève rencontre avec les Académiciens en danger.

Maëva   

Joël Lemay / Agence QMI

Comment trouves-tu ton expérience à l’Académie jusqu’à maintenant?

C’est rempli d’émotions, de surprises, et on vit tout ça ensemble. C’est ce que je trouve vraiment beau.

Que chanteras-tu, dimanche, pour défendre ta place à l’Académie?

Je vais chanter «Rise Up» de Andra Day. C’est une chanson qui me touche particulièrement parce que c’est la chanson que je dédie à ma maman. Pour moi, l’amour maternel est le plus bel amour au monde. Ma maman a été là pour moi dans les hauts et les bas. Je vais la chanter parce qu’en ce moment, en période de pandémie, tout le monde a besoin d’être uni et tout le monde a besoin de cet amour-là.

Qu’est-ce que ça représente, pour toi, d’être mise en danger?

Ça représente une opportunité de montrer ma capacité vocale au Québec entier et de montrer aux professeurs que je suis capable de tout surmonter et d’améliorer tout ce qu’ils me disent de faire.

Comment arrives-tu à voir les choses aussi positivement? Est-ce que ta mise en danger t’effraie quand même un peu?

C’est sûr que ça m’effraie, mais je me dis qu’au fond, je suis dans l’Académie présentement et je ne pourrais pas rêver mieux. Je préfère voir les choses positivement que de commencer à me stresser tous les jours et à paniquer, que sur scène, je ne puisse pas arriver à donner une belle performance comme je l’aurais voulu. J’y vais vraiment avec la «vibe», comme je le sens, et je vais gérer.

Si tu avais un mot à dire au public pour le convaincre de voter pour toi, ce serait quoi?

On va «Rise Up» ensemble.

Shayan   

TVA

Comment trouves-tu ton expérience à l’Académie jusqu’à maintenant?

Je la trouve formidable. J’adore être avec les autres candidats, j’adore apprendre. J’espère que ça va rester comme ça longtemps.

Que chanteras-tu, dimanche, pour défendre ta place à l’Académie?

Je vais chanter «Make It Rain», d’Ed Sheeran, parce que ça explique qu’une personne ne veut pas suivre le chemin que ses parents ont tracé pour elle. Je ne veux pas ça non plus; je veux suivre mon propre chemin, vivre ma propre vie. Je veux partager ce message à tous; je veux leur faire réaliser qu’eux aussi, ils ont le droit de vivre la vie qu’ils veulent.

Qu’est-ce que ça représente, pour toi, d’être mis en danger?

C’est une opportunité de montrer l’énergie que j’ai et la passion que j’ai pour la musique. De montrer aux gens que je veux vraiment rester et que je suis prêt à apprendre encore plus, à m’améliorer, à devenir un meilleur artiste et un meilleur être humain qu’hier.

Quelle a été ta réaction quand tu as appris que tu étais en danger?

Au début, j’étais stressé, j’avais un peu peur parce que je n’étais pas sûr de comment interpréter la chanson que je vais chanter. Mais maintenant ça va, je suis prêt et motivé.

Si tu avais un mot à dire au public pour le convaincre de voter pour toi, ce serait quoi?

J’ai un but énorme dans la vie: inspirer les gens à travers ma musique. J’ai toujours à apprendre pour faire ça et je suis prêt à tout.

Olivier   

Joël Lemay / Agence QMI

Comment trouves-tu ton expérience à l’Académie jusqu’à maintenant?

C’est plus grand que nature. C’est vraiment un privilège qu’on a de pouvoir se retrouver en «gang», de se rapprocher. C’est magnifique tout ce qui nous arrive, on est vraiment choyés.

Que chanteras-tu, dimanche, pour défendre ta place à l’Académie?

J’ai décidé de chanter «Tenir debout» de Fred Pellerin [...] C’est probablement la chanson qui me représente le mieux, qui représente le mieux mon parcours. Parmi toutes les chansons que je chante - même mes compositions - c’est probablement la chanson qui va permettre au public de découvrir qui je suis réellement et ce que je fais tous les jours de ma vie pour me sentir mieux.

Qu’est-ce que ça représente, pour toi, d’être mis en danger?

C’est un défi. La seule personne avec qui je suis en compétition, c’est moi. Le but, c’est toujours d’être meilleur qu’hier. Ça va être une belle façon de me prouver que je suis capable d’avancer dans cette aventure.

Tu semblais bouleversé d’être mis en danger; pourquoi est-ce que ça t’a rendu aussi émotif?

Ce n’est pas tant la mise en danger que la baisse d’adrénaline qu’on a eue entre dimanche et lundi. Un espèce de «down», mélangé à la mise en danger, avec des commentaires par rapport à une de mes chansons que j’affectionne. Et le fait que je ne veux pas partir; c’est la peur que cette aventure se termine.

Si tu avais un mot à dire au public pour le convaincre de voter pour toi, ce serait quoi?

Je mérite de prouver aux profs que j’ai de bonnes chansons, que je suis capable d’en composer de très bonnes et que je vais être là pour donner un bon spectacle, s’il vote pour moi. Je vais continuer à être vrai, à être moi-même, sans filtre au niveau de mes émotions.