/news/tele

Un premier au revoir à «Star Académie»

Au revoir, Olivier : l’Académicien le plus âgé du groupe a été le premier à devoir quitter l’aventure «Star Académie», dimanche, au terme d’un variété beaucoup mieux maîtrisé que la semaine dernière.

• À lire aussi: «Star Académie»: l’heure de vérité pour Maëva, Olivier et Shayan

• À lire aussi: «Star Académie»: Roch Voisine à l’honneur

Interviewé à sa sortie de scène, le garçon de 28 ans, qui s’était défendu avec la pièce «Tenir debout», s’est dit content d’avoir été fidèle à ses valeurs... et d’avoir opté pour une chanson en français.

«Je suis fier de ce que j’ai projeté à la télévision, a confié Olivier Faubert. J’ai reçu de bons commentaires. Ma seule et unique déception, c’est qu’aucune chanson en français n’ait été choisie par le public. La langue française, d’après moi, est en train de s’effacer un petit peu du grand public québécois. Et ça, je ne peux rien y faire.»

«Peut-être que j’ai joué les mauvaises cartes? Je ne sais pas. Mais j’ai reçu nombre de messages me disant de continuer à chanter des chansons en français. Je suis aussi resté vrai tout au long de l’aventure. C’est la chose dont je suis le plus fier. La personne que vous avez vue à la télé, c’est la personne que je suis à la maison, avec mes amis, avec ma famille», a ajouté celui qui travaille au Café Lézard de l’avenue Masson, à Montréal.

«Je m’ennuie de mon chien, je m’ennuie de ma blonde. Ça va être un petit retour en douceur.»

Variété mieux réussi   

Espace avantageusement habité, musiciens mieux positionnés, ajout d’effets sonores et visuels, éclairage plus défini et rehausseurs d’ambiance, pas de danse assurés : les améliorations apportées à ce deuxième gala dominical de «Star Académie», par rapport au premier, ont été aussi nombreuses que remarquables, et laissent présager des spectacles de haut niveau pour la suite du périple «Star Académie 2021».

Ajoutez au portrait le plaisir contagieux des Académiciens, de plus en plus à l’aise dans leurs robes pailletées et leurs vestons chics. D’ailleurs, jolie trouvaille que de demander aux jeunes talents de commenter les prestations de leurs amis après celles-ci.

À l’animation, Patrice Michaud a encore pris du galon, toujours plus confortable et détendu dans ses souliers de maître de cérémonie.

Encouragements   

On a renoué avec plusieurs éléments forts du «Star Académie» des beaux jours en ce deuxième rendez-vous.

Par exemple, les participants en danger peuvent maintenant compter sur la présence de deux ou trois de leurs proches pour les encourager, en guise d’assistance, forcément restreinte. «Vous êtes 10 dans la salle! Ça me rappelle ma première tournée...», a blagué Patrice Michaud.

Comme dans le «bon vieux temps», les candidats sur la sellette ont reçu des encouragements-surprises en début de soirée (de sa grand-mère et sa cousine françaises pour Maëva, de son ex-collègue du «Petit Prince», Michel Rivard, pour Olivier, et du chanteur Jack Met, du groupe AJR, pour Shayan).

Dashny Jules a même reçu une invitation de Corneille à enregistrer en studio avec lui, genre de cadeau qui était fréquent au «Star Académie» de jadis.

Avec une Charlotte Cardin enthousiaste, les Académiciens ont revisité les succès de l’auteure-compositrice, de «Faufile» à «Daddy» et «Passive Aggressive». Zara et Meghan ont été souveraines sur «Fous n’importe où», et Charlotte est plus tard revenue «baptiser» une nouvelle chanson, «Meaningless».

Roch Voisine a revisité son immortelle «Hélène» dans une sonorité plus rock (ou «roch»?), pendant que près de lui, ses nouveaux collègues s’égosillaient sur «Là-bas dans l’ombre», «J’entends frapper», «Tout me ramène à toi» et autres archiconnues «Darlin’».

Bienvenue, Éloi!   

À notre grand étonnement, des Judi Richards, Patsy Gallant et Kim Richardson en grande forme ont tour à tour rejoint la joyeuse bande au cours d’un vivifiant segment disco. 

On a aussi eu droit à une sobre version de «Quand les hommes vivront d’amour», saluant le départ tout frais de moins d’une semaine de Raymond Lévesque.

On a aussi souligné l’arrivée de bébé Éloi, le deuxième fils de l’Académicien William Cloutier, né plus tôt cette semaine, en remettant au jeune papa un immense ours en peluche, assorti d’un lumineux pot-pourri sous le thème de l’enfance et de l’amour («Tant qu’il y aura des enfants», «Un enfant», «What A Wonderful World»).

Les chansons interprétées par les trois candidats en danger dimanche sont disponibles dès maintenant sur QUB musique et toutes les plateformes d’écoute en continu et de téléchargement.

Les prestations des candidats  

Shayan Heiradi (Choix du public)

Dans la quotidienne de jeudi, en répétition avec Lara Fabian, Shayan semblait déterminé à interpréter d’une note très haute l’entièreté de «Make It Rain», d’Ed Sheeran. Dimanche, on a constaté que le jeune artiste avait sans doute écouté les conseils de la directrice, car sa livraison de la pièce qui célèbre le bonheur de l’authenticité était parfaitement dosée. Ariane Moffatt semblait envoûtée pendant le numéro de Shayan.

«Cette performance est à ton niveau, qui est déjà très haut», a mentionné Jacob Roberge pour féliciter son nouveau colocataire de l’Académie. Shayan était à la fois bouleversé et heureux en apprenant qu’il avait obtenu le vote du public.

Maëva Grelet (Choix des professeurs)

«Je vous aime, je vous aime!», s’est exclamée plusieurs fois Maëva en apprenant qu’elle retournait à l’Académie dimanche, ayant obtenu la faveur du corps professoral. La jeune femme a offert une intense relecture de «Rise Up», d’Andra Day, tissée de puissantes envolées vocales, pour symboliser l’amour qu’elle porte à sa mère. Dans la salle, sa maman paraissait justement excessivement émue par son interprétation, au même titre qu’une Lara Fabian émerveillée et qu’un Xavier Dolan en liesse. «Écoute, mon amour! Regarde, tu as mis des larmes dans mes yeux! C’est exactement ce que je voulais que tu fasses ! (...) Je suis tellement fière de toi!», a lancé Annabel Oreste à sa camarade pour la complimenter.

Olivier Faubert (Délogé)

Gregory Charles avait averti Olivier que «Tenir debout», air de David Portelance popularisé par Fred Pellerin, était un «monument "tough" à grimper». Olivier s’y est néanmoins attaqué avec adresse, en prononçant chaque mot avec soin, en y mettant visiblement tout son cœur, ne lâchant jamais la caméra des yeux. Lui-même semblait ébranlé après sa propre prestation. Son collègue Charles Kamoun a réitéré son amitié indéfectible pour lui et sa fierté à son endroit, en le surnommant «mon frère».

Ils poursuivent l’aventure   

William Cloutier - 25 ans - Victoriaville

Annabel Oreste - 20 ans - Laval

Dashny Jules - 20 ans - Montréal

Rosalie Ayotte - 20 ans - Saint-Tite

Queenie Clément - 29 ans - Montréal

Charles Kamoun - 27 ans - Québec

Lunou Zucchini - 25 ans - Saint-Denis-sur-Richelieu

Zara Sargsyan - 16 ans - Montréal

Matt Moln - 21 ans - Lévis

Meghan Oak - 23 ans - Coteau-du-Lac

Jacob Roberge - 22 ans - Lévis

Guillaume Lafond - 25 ans - Richelieu

Shayan Heidari - 20 ans - Montréal

Maëva Grelet - 19 ans - Saint-Jean-sur-Richelieu

Dans la même catégorie